Quand TikTok relance les “livres oubliés”

“Appelez-moi Ismaël.” Face caméra, la jeune créatrice de contenus italienne Alessandra Nofi lit le célébrissime incipit de Moby Dick. “Peut-on raconter le roman d’Herman Melville en deux minutes sur TikTok ?” se demande Robinson. La réponse appartient au public du réseau social d’origine chinoise, qui, apparemment, plébiscite ce genre de contenus.

Preuve en est : le hashtag littéraire #Booktok ne dénombre pas moins de 63 milliards de vues depuis sa création. Un succès qui a débuté pendant la pandémie et qui se consolide aujourd’hui. Tant et si bien que l’hebdomadaire culturel italien (supplément du quotidien “La Repubblica”) a consacré sa une de la semaine à ce phénomène.

À travers #Booktok, détaille le média transalpin, les créateurs de contenus peuvent promouvoir des nouveaux livres (en les lisant ou à travers des critiques), mais aussi et surtout relancer des œuvres qui étaient sorties des radars.

Ainsi, les tiktokeurs et tiktokeuses parlent de grands classiques, mais aussi d’ouvrages “oubliés” qui n’avaient jamais été particulièrement populaires, comme Le Chant d’Achille, de Madeline Miller, publié pour la première fois en 2011. En 2013, 10 000 exemplaires de ce roman avaient été vendus. Aujourd’hui, le chiffre des ventes atteint plus de 500 000. La “faute” de TikTok, qui a littéralement ressuscité cet ouvrage.

“Une bibliothèque ouverte où se donner rendez-vous”

“Entre 2020 et 2021, soudainement, on a commencé à recevoir une énorme quantité d’ordres. On n’était pas du tout préparées, on n’a découvert que plus tard que le livre avait explosé sur TikTok”, raconte le directeur commercial de l’éditeur transalpin Marsilio. Depuis, l’homme a développé une stratégie marketing sur l’application et il est loin d’être le seul professionnel du secteur à s’être activé.

“Les grandes librairies ont inauguré des sections consacrées aux livres qui deviennent populaires sur TikTok, et les petites développent des profils pour faire leur promotion”, indique Robinson, qui, pour sa part, n’est pas en reste.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles