Pour Thanksgiving, mieux vaut câliner une dinde que la manger

Photo CHERISS MAY/NYT

Les dindes ont “des griffes acérées, des becs pointus et de drôles d’excroissances rouges sur le cou. Se blottir contre elles n’est donc pas la première idée qui vient à l’esprit quand on en voit une courir dans la cour d’une ferme”, souligne The Washington Post.

C’est pourtant l’expérience que veut faire partager le petit réseau des Gentle Barns [“Fermes bienveillantes”], trois sanctuaires animaliers situés dans les États de Californie, du Missouri et du Tennessee.

Chaque année, à la période de Thanksgiving, ces trois fermes encouragent en effet le grand public à venir à la rencontre de ses dindes, entre autres animaux sauvés de l’abattoir.

Le public au rendez-vous

Selon Ellie Laks, qui a fondé la Gentle Barn de Santa Clarita, en banlieue de Los Angeles, il y a vingt ans, le public est friand de ces rencontres.

Elle a accueilli sa première dinde – une femelle nommée Printemps – en 2002, et est désormais à la tête d’un cheptel disparate “de 200 vaches, chevaux, ânes, cochons, moutons, chèvres, lamas et de toute une variété de volatiles allant de la poule à la dinde”.

Après avoir bien vite découvert que les dindes pouvaient se montrer affectueuses, Ellie Laks a pensé que d’autres personnes pourraient apprécier de s’adonner, comme elle, aux câlins de dindes. Elle a donc distribué “quelques prospectus en ville en proposant aux habitants du coin de venir le jour de Thanksgiving partager une part de gâteau et une séance de câlinage de dinde”.

“Je n’avais absolument aucune idée si cela allait faire venir les gens, se remémore-t-elle, mais on a eu une queue de plus de cent personnes.”

“Thanksgiving bienveillant”

Elle a donc décidé d’en faire un événement annuel qu’elle a simplement baptisé “Thanksgiving bienveillant”, avec l’idée de “montrer aux gens qu’il s’agit de créatures douces et gentilles”.

Désormais, pour une donation de 50 dollars dans la ferme de Californie et de 25 dollars dans les deux autres fermes du réseau, qui toutes fonctionnent sous la forme d’organisations à but non lucratif, les visiteurs peuvent profiter d’une visite guidée des lieux, d’une dégustation de gâteaux et de cidre chaud, et bien sûr d’une séance de câlin avec les dindes, tout en les nourrissant de cranberries et de raisins.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :