Publicité

"Mon temps dans ce sport est peut-être terminé": Nick Kyrgios évoque de nouveau sa possible retraite

"Le rideau doit se fermer à un moment donné". Reverra-t-on Nick Kyrgios raquette en main sur un court de tennis? Le joueur de 28 ans, actuel commentateur pour l’Open d’Australie et finaliste de Wimbledon en 2022, publie un chronique pour le Sydney Morning Herald dans laquelle il fait part de ses interrogations sur la suite de sa carrière. Pour rappel, il a subi trois opérations ces dernières années et n’a joué qu’un match en 2023, perdu contre Wu à Stuttgart (5-7, 3-6).

"Il y a quelques jours, j'ai rencontré mon agent, Stuart Duguid, pour parler de mon avenir", écrit l’ancien 13e joueur mondial. "La réalité, c'est qu'une partie de moi sait que mon temps dans ce sport est peut-être terminé. Et cela ne me dérange pas. C'est une conversation qui s'imposait. Je suis à la croisée des chemins dans ma carrière et j'ai atteint un point où la vie après le tennis est une perspective qui m'excite".

Djokovic: "Tu nous manques!"

Il fait ensuite part de ses éventuels futurs projets, dans le monde du tennis ou non. "Je pourrais parcourir le monde et gagner beaucoup d'argent en commentant ce sport, en faisant des choses comme je le fais actuellement avec mon talk-show en interviewant des gens comme Gordon Ramsay et Mike Tyson".

Ce mardi, il avait notamment eu l’occasion d’interviewer Novak Djokovic dans la foulée de sa victoire contre Taylor Fritz en quarts de finale (7-6, 4-6, 6-2, 6-3). "On t’aime bien dans la cabine de commentateurs, mais encore plus sur les courts!", lui avait lâché le Serbe, avant de haranguer le public, devant un Kyrgios perturbé. "On espère te voir bientôt avec une raquette à la main. Tu nous manques!"

"Le feu brûle toujours"

"Je sais que je peux faire partie des meilleurs au monde et gagner des tournois majeurs si mon corps me le permet", ajoute l’Australien sur son avenir en tant que joueur. "Le feu brûle toujours, mais ce n'est pas tout. Cela m'agace qu'il y ait des gens qui pensent que je n'ai pas envie d'être sur le terrain. C'est comme s'ils pensaient que je ne voulais pas jouer et que je cherchais des excuses à mes blessures".

En décembre, Nick Kyrgios avait déjà confié son mal-être. "Si ça ne tenait qu'à moi, je ne voudrais plus jouer" soupirait-il, indiquant vouloir continuer "un an ou deux". Quelques mois plus tôt, dans des déclarations glaçantes, il avait rendu public son admission en hôpital psychiatrique, alors qu'il envisageait de se suicider lors du tournoi de Wimbledon en 2019.

"Je ne mettrai pas ma main à couper pour jouer à Paris"

S’il assure ne pas savoir quand il fera son retour les courts, il espère "pouvoir (s)e remettre à temps pour Wimbledon et l'US Open de la blessure au poignet qui a nécessité une opération l'année dernière, mais ce n'est pas garanti". Et concernant les Jeux olympiques de Paris 2024, il n’en fait pas un objectif, pas seulement en raison de la terre battue, sa surface ennemie.

"M'interdire de jouer aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016 était une honte", grogne-t-il au sujet de sa fédération.

"Qu'ils m'interdisent de représenter mon pays pour des raisons de comportement est quelque chose que je ne peux pas oublier. Je ne mettrai pas ma main à couper pour jouer à Paris cette année. Il y a huit ans, (...) je voulais jouer pour mon pays. Je ne peux pas dire que j'ai toujours cette envie. Et soyons honnêtes, je n'ai pas vraiment eu l'impression que l'Australie voulait que je la représente non plus".

Article original publié sur RMC Sport