Publicité

"Tempête du siècle": au moins 12 morts dans les intempéries en Ukraine, Russie et Moldavie

Violentes rafales de vent et vagues géantes: des intempéries qualifiées de "méga-tempête" ont fait au moins 12 morts en Russie, en Crimée annexée, dans d'autres régions occupées de l'Ukraine et en Moldavie, selon les autorités et des médias.

Baptisées "tempête du siècle" et "méga-tempête" par les médias russes, ces intempéries, en cours depuis dimanche, ont affecté le plus durement la Crimée occupée, le sud-ouest de la Russie et les régions partiellement occupées de Donetsk, Lougansk, Zaporijjia et Kherson en Ukraine, selon le ministère russe de l'Énergie.

En Russie, le corps d'un homme a été retrouvé à Sotchi, une station balnéaire très prisée, d'après les autorités régionales, qui ont recommandé à la population de ne pas s'approcher de l'eau.

En Crimée, un autre homme qui était allé "regarder les vagues" a péri, a raconté un conseiller du gouverneur de Crimée, Oleg Krioutchkov, à la télévision publique. Une personne a en outre été tuée à bord d'un bateau dans le détroit de Kertch, entre la Crimée et la Russie, et un corps a été découvert à Novorossiïsk, dans la région de Krasnodar, selon les agences de presse russes.

Coupures de courant massives

À 7 heures lundi 27 novembre, "environ 1,9 million de personnes" étaient sans électricité dans ces régions "en raison des conditions météorologiques défavorables", a précisé le ministère russe de l'Energie.

Rien qu'en Crimée, cette tempête a laissé sans courant 400.000 personnes, selon la société énergétique Krymenergo, citée par les agences de presse russes.

Le président russe Vladimir Poutine a reçu des rapports sur ces "désastres météorologiques" et a ordonné à son gouvernement de prendre des mesures pour aider les territoires affectés, a affirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Dans la région de Krasnodar, qui abrite aussi la station balnéaire d'Anapa, des centaines d'arbres ainsi que de nombreuses constructions métalliques équipant les plages ont été arrachés par le vent dans la nuit de dimanche à lundi, faisant des blessés, a expliqué l'antenne locale du ministère russe des Situations d'urgence.

À Vitiazevo, près d'Anapa, la tempête a provoqué l'échouement d'un gros cargo battant pavillon du Belize, le Blue Shark, selon la même source.

Le Consortium du pipeline de la Caspienne a annoncé suspendre le chargement du pétrole et mettre ses pétroliers à l'abri en raison des "conditions météorologiques extrêmement défavorables", les rafales de vent allant jusqu'à 86 km/h et les vagues atteignant huit mètres de haut.

"Armaggedon"

En Crimée, la mer Noire a débordé sur des autoroutes; la télévision russe diffusé des images de vagues déferlant sur des voitures qui tentent de rouler au milieu de l'eau. Son gouverneur, Sergueï Aksionov, a décrété l'état d'urgence et annoncé une journée chômée en raison des intempéries.

"Nous avons vécu un vrai 'Armageddon': les habitants ne se souviennent pas avoir vu jusqu'ici du vent et des vagues d'une telle puissance", a déclaré le président du Parlement de Crimée, Vladimir Konstantinov, à la chaîne de télévision russe Rossia 24.

À Sébastopol, plus de 500 animaux marins ont été tués dans l'inondation de l'Aquarium local provoquée par la tempête, a écrit sur Telegram le gouverneur de la ville, Mikhaïl Razvojaïev.

Selon lui, les prévisions météorologiques ne sont guère rassurantes pour l'heure, avec de la pluie, de la neige et des rafales de vent allant jusqu'à 30 mètres par seconde attendues lundi en Crimée.

L'Ukraine voisine est également confrontée à des intempéries, une tempête de neige ayant laissé plus de 2.000 localités sans électricité et bloqué les autoroutes.

La mort de quatre personnes a par ailleurs été annoncée par les autorités citées par les médias en Moldavie. Deux personnes ont été retrouvées dans leur voiture sous la neige près de la localité de Coscalia (sud-est).

Le corps sans vie d'un homme, âgé de 48 ans, a été découvert dans le village de Cruglic (est). Et celui d'un autre à Grigoriopol, une ville de la région séparatiste de Transdniestrie.

Article original publié sur BFMTV.com