Système U : 5 choses à savoir sur le quatrième groupe de distribution français

Chaque semaine, Yahoo vous invite à mieux connaître une entreprise. Petits secrets, anecdotes, histoires insolites, ne manquez pas l’occasion d’épater vos amis. Pour ce 109e épisode, on s’intéresse à un groupe français qui fête son 130e anniversaire en 2024 : Système U.

Système U : 5 choses à savoir sur le quatrième groupe de distribution français derrière Leclerc, Carrefour et Intermarché (Crédit : REUTERS/Charles Platiau)

1 - Du pain quotidien aux supermarchés U

S'il fallait résumer les débuts de l’aventure Système U en un proverbe, "l’union fait la force" conviendrait parfaitement à la situation. En 1894, Auguste Juhel, un épicier nantais, s’allie avec d’autres commerçants indépendants de la région pour résister aux premières chaînes et aux magasins plus imposants, notamment Félix Potin. Déjà à cette époque, les volumes vendus par les grands magasins leur permettent d’obtenir des remises de la part des fournisseurs et donc de vendre moins cher les produits aux clients.

En quelques mois, Auguste Juhel convainc plusieurs collègues et la vingtaine d’adhérents fonde "Le Pain Quotidien", l’ancêtre de Système U. Son objectif est clair : regrouper les achats pour obtenir de meilleures conditions d’achat face à la concurrence des grands magasins et ainsi assurer la survie des épiciers indépendants. En 1928, le mouvement prend de l’ampleur et 300 commerçants créent la marque Unico. Quarante ans plus tard, l’union des commerçants regroupe "plus de 70 coopératives régionales et 10 000 épiciers adhérents".

En 1975, Unico devient U pour des raisons pratiques et logistiques car l’inscription Super Unico prenait trop de place sur les devantures des bâtiments et coûtait plus cher. Pour impulser une nouvelle dynamique et grandir, le groupement fonde Système U en 1983. Entre-temps, l'enseigne a ouvert le premier super U de France à Maizières-lès-Metz, en Moselle, le 6 juillet 1972. Dix-sept ans plus tard apparaissent les premiers Hyper U. Aujourd’hui, la coopérative de commerçants, présidée par Dominique Schelcher, regroupe 1 700 points de ventes (Hyper U, Super U, U Express et Utile) et emploie 73 000 collaborateurs.

2 - Le quatrième groupe de distribution dans la hiérarchie

Pour la petite coopérative fondée dans le pays nantais il y a 130 ans, l’année 2019 revêt une saveur particulière. Cette année-là, le groupement de distributeurs indépendants Système U a doublé un Casino en perte de vitesse pour devenir le numéro 4 de la grande distribution en France. L’enseigne coopérative a aussi symboliquement franchi le cap des 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires avec une part de marché qui s’établit à 10,8%. "Nous croissons de façon chirurgicale pour nous adapter à une France qui se métropolise et qui se déplace vers la côte ouest et les régions du Sud", se félicitait son patron Dominique Schelcher au début de l'année 2020.

À LIRE AUSSI >> Leclerc vs Lidl : 3 questions pour comprendre la guéguerre que se livrent les deux géants de l’alimentaire

Quatre ans après cette jolie performance, Système U a creusé l’écart avec Casino et conforté sa place au pied du podium derrière Leclerc, leader incontesté du secteur, Carrefour et Intermarché. L’an dernier, la part de marché des magasins U a atteint 11,8%. Sur 100 euros dépensés en 2023 en grande distribution, près de 12 l'ont été dans un supermarché U.

U, le quatrième dans la hiérarchie (Crédit :Delmarty J/Alpaca/Andia/Universal Images Group via Getty Images)
U, le quatrième dans la hiérarchie (Crédit :Delmarty J/Alpaca/Andia/Universal Images Group via Getty Images)

3 - Dominique Schelcher, un patron qui monte au front

Le grand public l’a sûrement découvert au moment de la crise du Covid-19. Nommé par ses pairs en 2018 pour prendre la suite du charismatique Serge Papin, Dominique Schelcher est monté au créneau quand ses supermarchés - comme ses concurrents - ont été pointés du doigt pour avoir vendu des masques au plus fort de la crise sanitaire au printemps 2020. Un pré carré jusque-là réservé au monde de la santé. "Le 24 avril, le gouvernement nous a autorisés à vendre des masques chirurgicaux dès le 4 mai. Nous avons fait notre travail pour remplir cette mission. Et voilà que nous devons nous justifier publiquement", déplorait-il à l’époque sur X. "Pour toutes nos équipes sur le terrain sans relâche, cette polémique des masques est insensée et infondée", a-t-il martelé.

Patron multi-tâches, le jeune quinquagénaire est tombé dans la marmite U dès son plus jeune âge. Enfant, il travaillait dans la supérette Unico que ses parents tenaient dans le village de Fessenheim. Avant son trentième anniversaire, cet Alsacien pur jus rejoint le Super U familial de Fessenheim (Haut-Rhin) avant d’en prendre les rênes six ans plus tard. Désormais responsable des 1 700 magasins du groupe, il est toujours propriétaire de son propre Super U chez lui sur ses terres alsaciennes.

Très actif sur LinkedIn et X, le dirigeant au tempérament plutôt timide a dû se faire violence pour faire oublier son prédécesseur Serge Papin. "Le contraste entre le Vendéen séducteur au teint hâlé et l’Alsacien glabre tiré à qua­tre épingles est saisissant", s’amuse Challenges au moment de dresser le portrait de Dominique Schelcher. Le dirigeant a depuis gagné le respect de ses équipes. "Pendant la crise, il a été d’une solidité impressionnante. Il nous a guidés comme un chef", salue un collaborateur. "J’ai trouvé très sécurisant de pouvoir échanger souvent avec lui, en toute sincérité, pendant cette période très stressante (le Covid, ndlr)", se félicite son homologue Michel-Edouard Leclerc. Écouté des politiques, il a reçu l’ordre du Mérite des mains de Bruno Le Maire. Pour oublier ses dossiers et s’évader, Dominique Schelcher aime se réfugier dans… les dictionnaires. Le chef d’entreprise en possèderait… 500.

Dominique Schelcher, le PDG de Système U depuis 2018 (Crédit : Daniel Pier/NurPhoto via Getty Images)
Dominique Schelcher, le PDG de Système U depuis 2018 (Crédit : Daniel Pier/NurPhoto via Getty Images)

4 - Un avant et un après 23 mars 2018

Le 23 mars 2018, l’expédition meurtrière de Radouane Lakdim au Super U de Trèbes (Aude) a ôté la vie à trois personnes dans le supermarché : le boucher Christian Medvès, 50 ans, Hervé Sosna, un client de 65 ans, et le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, 44 ans, à l’issue d’une prise d’otage de près de quatre heures. Si l’auteur des faits a été neutralisé, sept personnes de son entourage sont jugées au cours d’un procès qui doit rendre son verdict ce vendredi 23 février.

Cette funeste date a évidemment profondément marqué le groupe de distribution qui a mis les moyens pour accompagner ses salariés lors d’événements traumatisants. "Chez U, il y a un avant et un après 23 mars 2018, très clairement", a indiqué Dominique Schelcher sur Franceinfo le 16 janvier dernier. Depuis cette date, le groupe a embauché une psychologue qui "immédiatement après un événement traumatique, par exemple le décès d’un client en magasin, accompagne les salariés". De nombreux employés ont fait part lors du procès du traumatisme profond qui les habite depuis l’attentat. Près de six ans plus tard, seuls deux ou trois employés de l’époque sont encore salariés du Super U de Trèbes et la majorité a fait le choix de changer de vie professionnelle.

Le Super U de Trèbes deux semaines après l'attentat (Crédit : ERIC CABANIS/AFP via Getty Images)
Le Super U de Trèbes deux semaines après l'attentat (Crédit : ERIC CABANIS/AFP via Getty Images)

5 - Une publicité qui divise avant Noël

En 2015, à l’occasion des fêtes de Noël, la chaîne de magasin Super U lance une campagne TV pour dénoncer les stéréotypes sexistes dont sont victimes les enfants pour choisir leurs jouets et leurs vêtements. Dans cette publicité, on voit notamment une fillette s'amuser avec un circuit de voitures et un petit garçon s'occuper d'une poupée. Par son message véhiculé, le spot tv reçoit les félicitations de la secrétaire d'État chargée des Droits des femmes de l’époque, Pascale Boistard. Ces scènes ordinaires en ont dérangé d’autres, dont certains militants de la Manif pour tous et Philippe De Villiers, candidat à l’élection suprême en 1995 et 2007, qui appelait à un "boycott" de l’enseigne.

VIDÉO - "Coca-Cola est déconnecté" : le PDG de Système U Dominique Schelcher étrille les industriels