Publicité

La Super League envisagerait de réclamer une somme folle à l'UEFA

La Super League va-t-elle lancer une nouvelle action en justice contre l'UEFA? Cette fois, ce serait non pas pour contester le monopole de l'instance dirigée par Aleksander Čeferin, mais pour réclamer 3,5 milliards d'euros de dommages-intérêts, d'après les informations rapportées mercredi 7 février par les médias AS et Calcio e Finanza.

Cette somme est une estimation - par la société organisatrice de la Super League - du préjudice financier causé par le retard pris dans le projet en raison des menaces de sanctions de l'UEFA. Compte tenu de l'inflation depuis le lancement avorté du printemps 2021, les attentes en matière de revenus de sponsoring et de droits TV seraient revues à la baisse. La conjoncture difficile aurait également porté un coup à un prêt envisagé auprès de la banque JPMorgan, qui aurait été initialement d'accord pour un taux d'intérêt à 2,8% alors qu'il serait désormais impossible d'aller sous les 6,3%.

La Super League croit toujours à un lancement imminent

La plainte pourrait s'appuyer sur l'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) rendu en décembre. Celui-ci jugeait que les statuts de l'UEFA en vigueur au printemps 2021 n'étaient théoriquement pas conformes avec le droit européen en matière de réglementation sur les monoples. Depuis, les statuts en question ont été modifiés et la décision de la CJUE laisse malgré tout un fort pouvoir de régulation à l'UEFA.

Le 2 février, Joan Laporta, président du FC Barcelone, protagoniste de la Super League, a affirmé que le projet pourrait voir le jour dès la saison 2024-2025 ou en 2025-2026.

En 2021, 12 clubs avaient annoncé leur propre compétition privée, à l'énorme potentiel commercial, visant à concurrencer la Ligue des champions, organisée par l'UEFA. Cette dernière avait répliqué en menaçant les clubs frondeurs de sanctions et édicté des règles visant à empêcher la création de cette compétition dissidente.

Article original publié sur RMC Sport