Publicité

PSG-Newcastle: "Du vol", "un penalty infâme", la presse européenne fracasse l’arbitrage (notamment l'Espagne)

Longtemps mené par Newcastle, le PSG a arraché l’égalisation sur un penalty transformé par Kylian Mbappé dans les derniers instants du match mardi soir. En évitant une troisième défaite en cinq matchs de Ligue des champions cette saison, le club francilien garde son destin entre les mains et pourra encore finir premier de son groupe en cas de victoire à Dortmund.

Mais avant de penser au déplacement en Allemagne, la presse européenne a majoritairement crié au scandale après le penalty accordé à Paris par Szymon Marciniak. Si le Polonais a d’abord laissé le jeu continuer, le VAR est intervenu pour lui demander de venir voir les images et a sifflé en faveur du PSG. Un scandale absolu en Angleterre où tout le monde tacle l’arbitrage contre Newcastle.

>> PSG-Newcastle (1-1)

L’Angleterre crie au "vol"

"Les Toons volés à Paris", lâche le Daily Star dans ses pages sportives. Le journal anglais titre même sur un "Voleuse la France" (sic) en illustrant le tout d’un Kylian Mbappé célébrant plein de rage son but salvateur.

Même son de cloche du côté du Telegraph où on insiste sur la colère de l’équipe anglaise après "un vol" ou pour le Daily Mail qui relaye abondamment les critiques de la légende des Magpies Alan Shearer.

Une analyse partagée par The Sun. "La fin de match a été la plus écœurante possible", s’insurge ainsi le célèbre tabloïd après l’égalisation parisienne. Journal local à Newcastle, le Chronicle revient lui aussi sur ce "vol" contre l’équipe d’Eddie Howe avec un "penalty controversé qui fait souffrir les Magpies d’un chagrin dans la ville de l’amour". Mais le journal se montre pourtant plus mesuré que d’autres médias anglais et cherche à analyser froidement la décision via le règlement de l’UEFA.

L’Italie pense surtout au Milan quand l’Espagne se paie l’arbitrage

Déjà assez occupée par les destinées européennes de l’AC Milan et de la Lazio, la presse italienne se fait le simple relais des médias britanniques après le nul controversé entre Paris et Newcastle. Sans tirer à boulets rouges sur l’arbitre, le Corriere dello Sport souligne le but du sauveur Mbappé plus que la controverse qui laisse un mince espoir de qualification aux Rossoneri avant la dernière journée.

La nouvelle soirée compliquée de 'Gigio' Donnarumma inquiète aussi un peu. Idem pour la Gazzetta dello Sport, qui rappelle la colère des journaux et consultants anglais mais ne se prononce pas directement sur la situation sifflée en faveur du PSG.

Heureuse pour la qualification du Borussia Dortmund, la presse allemande juge simplement comme "controversé" le penalty marqué par Kylian Mbappé mais là encore, pas de quoi déchainer les foules. C’est finalement du côté de l’Espagne que le coup de sifflet de Szymon Marciniak enflamme les médias qui ont abondamment relayé les critiques venues d'Angleterre.

"Les médias espagnols sont hallucinés du penalty accordé au PSG", a ainsi résumé Frédéric Hermel dans l'After Foot après le nul entre Paris et Newcastle.

Certes, les uns des quotidiens sont consacrées aux qualifications du FC Barcelone et de l’Atlético de Madrid. Mais le coup de pouce accordé au PSG fait parler et en particulier sur les radios locales. Consultant sur les questions arbitrales pour la Cadena Ser, Eduardo Iturralde González a expliqué pour l’émission El Larguero que les "Rois mages étaient arrivés en avance à Paris" (en Espagne, les cadeaux de Noël sont offerts au moment de l’épiphanie) avec ce beau cadeau de l’arbitre polonais à l’opposé des directives de l’UEFA sur les mains.

Pour la radio Cope, le journaliste Pedro Martin set même allé plus loin et a hurlé au scandale après le "penalty infâme" dont ont bénéficié Luis Enrique et son PSG.

"Ce monsieur a bénéficié d’un penalty infâme et sur une action incontrôlée qui peut changer le destin d’un club pour toute son histoire", s’est emporté l’intéressé en voyant l’entraîneur francilien refuser de répondre à la polémique arbitrale en conférence de presse. "Le football est arrivé à un moment où un fait de jeu peut changer l’histoire d’un club. Comme c’est le cas pour Newcastle. […] Imaginez si une finale de la Coupe du monde se décider sur une main comme celle-là, sur une main comme celle-là. A la fin, les entraîneurs ne contrôlent plus le jeu. C’est une main absurde qui contrôle le jeu."

Du côté de la Catalogne et de Sport, on a choisi de se focaliser sur Mbappé qui "sauve le PSG avec un penalty à la dernier seconde" et non sur la controverse crée par le coup de sifflet qui laisse intacts les rêves de qualification, et de première place, des Franciliens avant le déplacement à Dortmund.

Article original publié sur RMC Sport