Publicité

PSG-Newcastle: le penalty pour Paris était-il justifié? Ce que dit le règlement

Au bout du suspense. Après avoir largement dominé, tenté 31 tirs (dont 7 cadrés) et monopolisé le ballon (73%), le PSG a arraché l’égalisation face à Newcastle, mardi, lors de l’avant-dernière journée de la Ligue des champions (1-1). Après huit minutes de temps additionnel, Kylian Mbappé s’est chargé de transformer un penalty qui fait énormément parler. En Angleterre, beaucoup crient au scandale. Même en France, certains s’interrogent sur ce penalty, en estimant qu’il n’aurait peut-être pas dû être sifflé. Szymon Marciniak, l’arbitre de la rencontre, a sanctionné une main de Tino Livramento dans la surface sur un centre d’Ousmane Dembélé. Le ballon a d’abord touché le ventre du joueur de Newcastle avant d’heurter son bras gauche (au niveau du coude).

Que dit le règlement de l’IFAB (International Football Association Board) à ce sujet? L’instance qui détermine les lois du jeu les fait régulièrement évoluer. Il faut donc prendre en compte les dernières mises à jour du règlement. Certaines préconisations valables les saisons précédentes ne le sont plus forcément aujourd’hui, d’où parfois une certaine confusion, même chez les observateurs les plus assidus. Concernant les fautes de main, les lois du jeu 2023-2024 ne tiennent pas compte du fait que le ballon ait touché une autre partie du corps avant d’heurter la main d’un joueur. Cette notion n’apparaît pas dans le règlement actuel.

La position du bras jugée en fonction du mouvement du corps

Une main peut être sifflée contre un joueur dans deux situations. La première: s’il "touche délibérément le ballon du bras ou de la main, par exemple avec mouvement du bras ou de la main vers le ballon". Ça ne semble pas être le cas de Livramento sur le centre de Dembélé.

La seconde: s’il "touche le ballon du bras ou de la main en ayant artificiellement augmenté la surface couverte par son corps". Ce point précis est laissé à l’interprétation de l’arbitre. Sachant que l’IFAB explique: "Il est considéré qu’un joueur a artificiellement augmenté la surface couverte par son corps lorsque la position de son bras ou de sa main n’est pas une conséquence du mouvement de son corps dans cette situation spécifique ou n’est pas justifiable par un tel mouvement. En ayant son bras ou sa main dans une telle position, le joueur prend le risque de toucher le ballon avec ces parties du corps et ainsi d’être sanctionné."

M. Marciniak a sans doute estimé que la position du bras de Livramento n'était pas une conséquence du mouvement de son corps sur cette action. Et il a décidé de le sanctionner d’un penalty, en jugeant qu’il avait artificiellement augmenté la surface couverte par son corps. L’officiel polonais, appelé par ses collègues du VAR à revisionner l’action au bord du terrain, s’est basé sur son interprétation, comme le règlement l’invite à le faire. Un autre arbitre aurait pu juger la situation de manière différente.

La main de Miley n’a pas été sanctionnée

A la 72e, M. Marciniak et ses collègues en charge de l’assistance vidéo n’ont d’ailleurs pas sanctionné une main de Lewis Miley, qui a contré Fabian Ruiz dans la surface. Le jeune milieu de terrain des Magpies (17 ans) a touché le ballon du genou puis de la main. Mais les arbitres ont sans doute estimé que la position de son bras était cette fois une conséquence du mouvement de son corps et qu’il n’avait pas artificiellement augmenté la surface couverte par son corps. D’où l’absence de penalty. Là encore, il s’agit de leur interprétation.

Après ce match nul, le PSG se retrouve deuxième du groupe F, avec trois points de retard sur Dortmund et deux points sur Newcastle et l’AC Milan. Les joueurs de Luis Enrique tenteront d’obtenir leur ticket pour les 8es de finale lors de la dernière journée à Dortmund (le 13 décembre sur RMC Sport 1). Le Borussia est déjà qualifié mais cherchera certainement à sécuriser la première place de la poule. En fonction du scénario de la soirée, sachant que Newcastle recevra Milan dans le même temps, Paris peut terminer premier, deuxième ou troisième (et être reversé en la Ligue Europa).

Article original publié sur RMC Sport