Publicité

Le patron du Stade français assure que son club est le plus populaire à Paris, et qu'il a une "meilleure image" que le PSG

Champion de France en 2015, le Stade français n'a plus goûté à la finale du Top 14 depuis huit ans. Arrivé au club en 2017 et donc après le dernier sacre, Hans-Peter Wild a dressé le bilan son aventure à Paris.

Propriétaire et même président depuis 2019, l'homme d'affaires allemand s'est confié au journal Le Parisien ce dimanche peu de temps avant la victoire de prestige des siens contre Toulouse lors du choc de clôture de la neuvième journée de Top 14 contre le Toulouse d'Antoine Dupont (27-12) au stade Jean-Bouin.

>> Revivez le match Stade Français-Toulouse (27-12)

L'occasion pour Hans-Peter Wild de piquer le rival du Racing et même le Paris Saint-Germain. Deux clubs moins populaires que son équipe selon lui.

"On est déjà l’équipe la plus populaire à Paris", a assuré le dirigeant allemand avec confiance. "Il y a eu des études là-dessus, tous sports confondus. On a une meilleure image que le PSG, on est plus populaire que le Racing."

"Pas besoin de faire tous ces trucs marrants, des calendriers nus"

En attendant le règlement de l'affaire autour de Giovanni Habel-Küffner, convoqué par sa direction après les débordements lors d'une sortie non autorisée à Pau, et pour laquelle Hans-Peter Wild a expliqué ne pas être décideur et laisser la main à Laurent Labit, le patron du Stade français a insisté sur la belle cote d'amour du club parisien.

À ses yeux, pas besoin de faire le spectacle comme par le passé. C'est sur le terrain que le Stade français doit convaincre. La nomination de Laurent Labit comme nouveau directeur du rugby y contribuera plus selon lui que les spectacles avant les matchs.

"Partout où l’on va et que l’on parle du Stade français, l’image est très positive. Dans le passé, Max (Guazzini, le président historique du club, NDLR) a rempli le stade, a réuni 80.000 personnes avec des spectacles", a encore indiqué l'Allemand de 86 ans. "Mais nous ne sommes pas un club de spectacles, nous sommes un club de rugby."

Et Hans-Peter Wild de conclure sur le sujet auprès du quotidien: "Et notre rugby n’était plus assez bon. Nous devons devenir meilleurs sur le terrain, pour être plus populaires. Et pas besoin de faire tous ces trucs marrants, des calendriers nus et toutes ces choses-là. Je crois qu’on est bien placés. Il faut remplir le stade, comme ce soir."

Cinquième de Top 14 avec six victoires et trois défaites en neuf rencontres, le Stade français se retrouve provisoirement parmi les six qualifiés pour la phase finale du championnat. Mais après un peu plus d'un tiers de la saison régulière, le renouveau du club parisien doit encore être confirmé... sur le terrain. Là où Hans-Peter Wild rêve désormais de faire la différence.

Article original publié sur RMC Sport