Publicité

OL: un passionné "vrai tacticien" et qui sait fédérer, Pierre Sage raconté par les coachs qui l’ont côtoyé

Entraîneur le plus éphémère de l’Olympique lyonnais, Fabio Grosso a été mis à pied par la direction du club rhodanien après seulement sept matchs à la tête de l’équipe première. Derniers du classement en Ligue 1, les Gones ont confié le soin de lancer la mission sauvetage à Pierre Sage.

Jusque-là directeur du centre de formation de l’OL, le technicien de 44 ans doit gérer l’intérim en attendant la nomination d’un nouveau staff pour boucler la saison et dirigera l’équipe ce samedi contre Lens et devrait encore se trouver sur le banc lyonnais mercredi prochain à Marseille lors d’un très attendu Olympico.

>> Revivez la conf' de Pierre Sage avant Lens-OL

Un rôle nouveau pour Pierre Sage, davantage habitué à gérer des équipes de jeunes ou à travailler en tant qu’adjoint.

Avant ses débuts dans l’élite, RMC Sport a demandé à trois entraîneurs qui ont bénéficié de ses compétences en tant que numéro deux de faire les présentations de ce coach assez méconnu du grand public.

Un passionné aux qualités humaines qui "sait gagner la confiance des joueurs"

Patron de la formation lyonnaise et habitué à coacher des juniors, Pierre Sage a développé pendant toutes ses années de carrière une vraie compétence pour tirer le meilleur de ses joueurs si l’on se fie à ceux qui l’ont croisé depuis plus de 15 ans.

"Humainement c’est une personne très disponible et très courtoise, très polie et respectueuse. C’est le gendre idéal mais pas péjorativement", explique Karim Mokeddem qui l’a eu en tant qu’adjoint du côté de Lyon-Duchère lors de la saison 2018-2019. "C’est un garçon qui aussi du caractère et de la conviction. "[…] Il a eu quelques expériences de numéro un mais il a souvent été adjoint donc il a cette proximité avec les joueurs. Il sait gagner leur confiance. Là-dessus je ne me fais trop de souci. C’est quelqu’un qui a une certaine proximité avec un public black-blanc-beur. Quelle que soit la typologie du public, c’est quelqu’un qui sait fédérer."

Même son de cloche pour Hervé della Maggiore, actuel directeur général de Bourg-en-Bresse Péronnas (National 2) et qui a collaboré avec Pierre Sage pendant de nombreuses années entre 2007 et 2012: "Déjà c’est un passionné de foot. C’est quelqu’un qui a une vraie méthodologie dans le foot. C’est-à-dire qu’il a ses idées. Mais il les a aussi fait évoluer, car par rapport à son jeune âge, il a pas mal d’expérience à divers postes et dans divers clubs."

A en croire Cédric Rullier, ancien coach de Chambéry et désormais en poste à Rumilly Vallières, l’une des principales forces de Pierre Sage réside justement dans ses qualités humaines.

"Il a l’art d’amener les joueurs, par l’entraînement, là où il faut les amener et là où il veut les amener. Son gros point fort c’est qu’il est très tactique. Son deuxième point fort c’est son management", souligne celui qui directement travaillé avec le nouveau patron du sportif à l’OL courant 2013 en Savoie. "C’est quelqu’un qui est à l’écoute et qui va trouver les leviers motivationnels des joueurs en fonction de leur personnalité. Voilà ses deux gros points forts."

Un entraîneur avec des "convictions" et des "idées très fortes" sur le beau jeu

Au-delà de l’humain, celui qui sortait aussi d’une expérience d’environ 18 mois au Red Star avant de revenir à Lyon pendant l’intersaison, est présenté par ceux qui ont travaillé à ses côtés comme un excellent tacticien. Si le manque de temps pour préparer le déplacement à Lens risque de nuire au jeu développé par les Lyonnais ce samedi, Pierre Sage ne devrait pas pour autant renier sa philosophie de jeu. Comme il a lui-même expliqué début novembre auprès du Progrès, il prône la manière en plus des résultats. Comprendre, un football basé sur la possession et avec un vrai accent sur la justesse technique.

"Je pense qu’il a évolué au fur et à mesure des années à ce niveau-là parce qu’il avait un football efficace basé sur l’aspect défensif et la transition. Mais depuis sept ou huit ans je pense qu’il s’est développé sur l’aspect des attaques placées et du jeu de position", note Cédric Rullier. "Il est vraiment bon maintenant dans ce jeu de position, dans le fait de trouver des espaces dans les défenses adverses quand elles sont regroupées."

Formateur par excellence, Pierre Sage est passé maître pour faire mûrir le potentiel de ses joueurs. Et cela passe un gros travail tactique. Là encore, ses anciens entraîneurs se sont montrés unanimes sur sa grosse charge de travail.

"C’est quelqu’un qui n’a pas peur de mettre en place ses convictions, il a une extrêmement bonne connaissance du jeu. Souvent on décrit Pierre comme quelqu’un qui est sur la méthodologie et cela me fait sourire quand j’entends ça", précise Karim Mokeddem aujourd’hui en poste à Orléans en National. "Il y a des théoriciens du football qui vont faire la leçon devant tout le monde. Et il y a des garçons qui ont la méthodologie du football et qui sont capables de la mettre en place sur le terrain. Pierre fait partie de cette race d’entraîneur. […] Ce n’est pas qu’un professeur du football. C’est un tacticien-technicien qui sait mettre en application sur le terrain ce qu’il a dans la tête."

Et Hervé Della Maggiore d’abonder: "C’est un vrai tacticien. C’est quelqu’un qui a des idées fortes, très fortes par le jeu. Il se base beaucoup sur le jeu collectif et un jeu de possession. C’était comme ça quand on a travaillé ensemble et je crois qu’il n’est jamais trop sorti de ces idées. Surtout, il a une méthode de travail en séance qui est assez globale où tous les acteurs ont une place prépondérante. Il privilégie surtout le collectif aux individualités."

Le plaisir et un vrai amour pour le "QI Football"

Un peu à l’image de plusieurs grands entraîneurs actuels comme Pep Guardiola ou Thomas Tuchel, Pierre Sage a cette appétence pour le contre-pressing (le gegenpressing cher aux techniciens allemands) et devrait demander aux joueurs de l’OL de gros efforts à la perte du ballon pour tenter de mettre en danger leurs adversaires. Plus facile à dire qu’à faire mais pour convaincre son groupe d’adhérer à sa méthode, ce que Fabio Grosso n’a finalement jamais réussi à faire à Lyon, Pierre Sage prône une vision du foot basée sur la notion de plaisir et sur ce besoin de jouer avec justesse et intelligence.

"Il aime le résultat et le fait de bien jouer. Il faut qu’il y ait un foot alléchant pour que les joueurs prennent du plaisir", prévient Cédric Rullier. "Le plaisir c’est la chose la plus importante pour motiver nos joueurs et qu’ils suivent nos conseils. Au vu de la position de l’OL, je pense que le plaisir va être un vrai levier d’équipe et de motivation individuelle aussi."

Véritable épine dans le pied de Fabio Grosso, qui n’a jamais su comment l’utiliser, Rayan Cherki pourrait retrouver le sourire avec l’intérimaire nommé à Lyon.

"Sur les procédés c’est un garçon qui aime bien qu’on ait un QI football assez élevé parce qu’il faut être capable de se former et de se déformer quel que soit le système et quelles que soient les différentes animations mises en place", assure Karim Mokeddem. "[…] Sur Rayan je ne me fais vraiment pas de souci avec Pierre. Parce que je sais qu’il affectionne les joueurs talentueux comme Rayan", Après il faut que Rayan… Je pense que Rayan peut aimer la connexion avec Pierre dans l’aspect footballistique."

Un Lyonnais issu du monde amateur pour coacher à l’OL

Le cas Cherki n’est pas le seul à avoir empoisonné le vestiaire de l’OL ces dernières semaines. Eux-aussi purs produits de la formation lyonnaise, Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso sont revenus chez les Gones pour aider le club. Mais leur début de saison a déçu et Fabio Grosso s’est passé des deux trentenaires à plusieurs reprises.

Si le champion du monde 2006 était un ancien joueur de l’OL et voulait véritablement mener à bien cette mission maintien, Pierre Sage semble encore plus imprégné de cette culture locale. S’il n’a jamais évolué au plus haut niveau, l’entraîneur intérimaire a écumé la région Rhône-Alpes pendant toute sa carrière dans des clubs amateurs. Un passé qui pourrait constituer un plus pendant son intérim sur le banc de l’OL.

"Il a pris l’équipe jeudi au pied levé donc on ne va pas voir le football champagne de Pierre Sage samedi (contre Lens) mais j’espère qu’on verra déjà un changement d’état d’esprit. Et sur l’état d’esprit, Pierre a aussi cette fibre lyonnaise qui peut aider dans ces moments-là", s’enthousiasme volontiers Karim Mokeddem auprès de RMC Sport. "Malgré ce que j’entends beaucoup depuis le début de saison sur les garçons comme Alex Lacazette, Corentin Tolisso, Caqueret, Antho Lopes ou Rayan Cherki, je suis convaincu qu’on a besoin de l’ADN lyonnais cette année pour se sauver. Ils jouent pour leur ville, pour leur famille."

Karim Mokeddem: "Leur futur sera autour de la ville de Lyon. Même une fois qu’ils arrêteront leur carrière. Et eux n’ont pas envie d’avoir cette étiquette d’équipe qui a fait descendre l’Olympique Lyonnais. Je pense que cet ADN lyonnais qu’on entend souvent être décrié, on va en avoir besoin pour se maintenir."

Cédric Rullier confirme: "Je pense que les joueurs vont avoir une autre méthodologie, une autre écoute et que cela va être différent. Dans leur situation, tout est bon à prendre. Ils ont envie de sauver le club parce que pour la plupart c’est leur club de cœur donc ils ont envie de le faire. Pierre va avoir cette approche différente qui fait que c’est jouable. […] Je pense que le football professionnel est très différent du football amateur et les deux milieux ont intérêt à fusionner leur expérience et leur savoir. On voit de plus en plus des entraîneurs amateurs qui arrivent à faire de belles performances en haut parce qu’ils apportent des différences que, je pense, les joueurs ont besoin d’avoir telles que l’empathie, l’écoute."

Pas un "pompier de service" mais un homme de "challenge" dévoué à l’institution

Doué de qualités humaines et d’une vraie science tactique, Pierre Sage n’est toutefois pas présenté par les trois numéros un qui ont travaillé avec lui comme un meneur d’hommes aux gueulantes mémorables. Nommé comme intérimaire, Pierre ne semble donc pas correspondre aux profils classiques des sauveurs comme la Ligue 1 a pu en croiser ces dernières années de Pascal Dupraz à Frédéric Antonetti en passant par Antoine Kombouaré.

"C’est quelqu’un qui aime bien travailler sur des principes de jeu. Hélas il n’a qu’une semaine pour mettre des principes en place donc c’est très court", analyse encore Hervé Della Maggiore. "Pour moi ce n’est pas un pompier de service, ce n’est pas quelqu’un qui va remonter les joueurs dans le vestiaire par son discours. Attention, il est en mesure de le faire mais je pense que c’est quelqu’un qui peut se montrer beaucoup plus performant dans la durée."

"Là, sur une mission à court terme et aussi importante car il a deux matchs et il faut prendre des points. Il faut prendre des points et Pierre en a conscience", nuance tout de même Karim Mokeddem. "Il sait très bien que sur ces matchs il faut prendre des points. Par rapport à ça, il va essayer de transmettre ce qu’il veut transmettre, il ne va pas faire du réchauffé. Force à lui, il le mérite."

Le temps devrait manquer à Pierre Sage sur le banc de l’OL alors que John Textor et David Friio préparent déjà la suite avec une short-list de plusieurs entraîneurs comme Bruno Genesio, Jorge Sampaoli ou Igor Tudor. Mais le temps qu’il sera en place, probablement contre Lens et Marseille, l’intérimaire va tout donner pour Lyon.

"C’est quelqu’un qui est au service de l’institution. Si l’institution lui a dit qu’il allait assurer l’intérim deux matchs, il est sur une projection à deux matchs et pas plus", renchérit Karim Mokeddem qui a échangé par sms avec Pierre Sage après sa nomination sur le banc des Gones. "Il est vraiment sur une projection à deux matchs car c’est quelqu’un qui respecte l’institution."

Et Cédric Rullier de conclure sur la mission maintien et la notoriété soudaine de Pierre Sage: "Cela va le motiver car il aime les challenges. Pierre aime les challenges. Donc l’OL, c’est un très beau défi et un sacré challenge. Là c’est le plus challenge qu’il ait eu jusqu’à présent et je pense qu’il va le relever. Après la situation n’est pas simple à Lyon donc l’avenir nous le dira."

Article original publié sur RMC Sport