Ligue 1: l’OL connaît sa deadline pour convaincre la DNCG

Un peu plus d’un mois pour convaincre. Après avoir été auditionné pendant deux heures par la DNCG mardi, l’Olympique lyonnais n’est toujours pas fixé sur son sort. Alors que John Textor avait comme objectif de prouver au gendarme financier que le club a les moyens de bien finir la saison mais aussi de convaincre l’instance de faire sauter l’encadrement de la masse salariale et des indemnités de mutation en vigueur depuis cet été, la réunion a débouché sur un statu quo.

Après la réunion, la DNCG a annoncé "un sursis à statuer dans l’attente d’éléments complémentaires demandés au club". Comme avancé par Le Progrès, une information confirmée par RMC Sport, la deadline pour apporter ces fameux "éléments complémentaires" est fixée à l'ouverture du mercato hivernal, c'est-à-dire au 1er janvier 2024, date d’ouverture du prochain mercato hivernal.

La DNCG attend des éléments concrets

Selon nos informations, la DNCG attend une confirmation du refinancement de la dette du club opéré par John Textor début novembre. Elle attend aussi des éléments concrets du nouveau budget, aligné sur ses engagements pris oralement devant lors de son audition. Confirmation que le gendarme financier ne jure que par des éléments écrits et engageants malgré les progrès effectués par l’OL ces derniers mois.

Depuis la décision prise en juillet d’encadrer le club et de l’empêcher de dépenser plus de 25 millions d’euros sur le marché des transferts, l’OL a réalisé plusieurs ventes conséquentes. Trois transferts ont fait particulièrement du bien aux finances lyonnaises: Bradley Barcola au PSG (45 millions d’euros + 5 millions de bonus), Castello Lukeba à Leipzig (34 millions d’euros bonus compris) et Romain Faivre à Bournemouth (prêté ensuite à Lorient, 15 millions d’euros).

Après la réunion de ce mardi, John Textor a de son côté affiché sa confiance. "J’ai apprécié la réunion. On a été bons sur les chiffres", s’est satisfait le patron de l’OL en exclusivité au micro de RMC Sport. "On a montré que le premier quart de la prochaine année fiscale sera très bon. Tout le monde sait ce que l’on a fait sur les ventes de joueurs. On a transmis aussi les très bons chiffres du refinancement de la dette. Les agences de notation pensent qu’on va dans la bonne direction."

Article original publié sur RMC Sport