Publicité

France-Afrique du Sud: irrité par l'arbitrage, Taofifenua pointe surtout la responsabilité des Bleus

Avec l’élimination prématurée des Bleus en quart de finale de la Coupe du monde de rugby, c’est aussi un chapitre de l’histoire de l’équipe de France qui se ferme pour certains joueurs parmi les plus assidus du mandat Galthié. Le pilier rochelais Uini Atonio et le deuxième ligne du Lou, Romain Taofifenua, ont en effet officialisé leur retraite internationale dans la foulée, et tourné une page importante de leur carrière sur une note d’amertume.

Plus d’une semaine après la désillusion vécue par l’équipe de France, le douloureux souvenir d’un scénario qui leur a échappé face à l'Afrique du Sud (28-29) reste vivace. L’arbitrage controversé du Néo-Zélandais Ben O’Keeffe, maintes fois décortiqué depuis, surtout en France, est resté en travers de la gorge de très nombreux supporters. Mais qu’en pensent les joueurs désormais, avec plus de recul ?

La colère ne retombe pas

"Il n’y a pas de fumée sans feu, comme on le dit, souligne le néo-retraité Romain Taofifenua, le moral encore en berne, dans une interview accordée à Midi Olympique. S’il y a autant de battage, c’est bien que ça a péché par moments. Mais on ne va pas se cacher derrière ça. Ça aurait quand même dû être pour nous."

Concernant l’arbitrage permissif de Ben O’Keeffe, dans le jeu au sol notamment, Taofifenua reconnaît que les Bleus auraient sans doute eu intérêt à imiter les Springboks, qui ont le plus souvent flirté avec les limites de la règle, quand ils ne la franchissaient pas allègrement.

"On a peut-être eu du mal à s’adapter à son interprétation des phases de ruck, effectivement, a admis Romain Taofifenua. Peut-être que l’on aurait dû en abuser comme ils l’ont fait…"

Toujours en colère, le deuxième ligne ne veut surtout pas se retrancher derrière ce paramètre de l’arbitrage, qui ne saurait expliquer à lui seul l’élimination de l’équipe de France: "Quand je vois la performance accomplie, je me dis que l’on n’a rien à faire devant notre télé. On peut parler de l’arbitrage, bien sûr. Mais on peut aussi s’en prendre à nous-mêmes, à nos erreurs."

"C’est venu de nos fautes", a insisté Taofifenua auprès de nos confrères. Et de conclure: "Le physique, ça allait. Mais il y a eu des erreurs qui nous ont acculés dans notre camp. Et on a eu du mal à s’en sortir."

Article original publié sur RMC Sport