Publicité

Le sport sur ordonnance : en pratique, comment faire pour y avoir droit ?

Quand ce dispositif a été mis en œuvre, en 2016, un médecin ne pouvait prescrire de l’activité physique adaptée (APA), ou "sport sur ordonnance", qu'aux patients touchés par une pathologie reconnue en affection de longue durée par l’Assurance maladie. Depuis 2022, toutes les personnes atteintes d’une maladie chronique (diabète, cancer…) ou présentant des facteurs de risque (hypertension, obésité) sont concernées. Au total, cela représente 20 millions de Français ! "Dans les faits, les individus souffrant de surpoids et d'obésité, de diabète et d’hypertension en sont les principaux bénéficiaires. Viennent ensuite ceux touchés par un cancer, une insuffisance cardiaque, un AVC, Parkinson et une polyarthrite rhumatoïde", souligne Marie Mullot, chargée de mission au Pôle ressources national sport-santé-bien-être. Seniors, enfants, femmes enceintes… Tout le monde est éligible.

Le sport sur ordonnance réduit les séquelles neuromusculaires après un AVC, fait baisser de 30 % la mortalité après un infarctus, diminue la douleur dans l’arthrose et la lombalgie... Il aide les personnes atteintes d’un cancer à lutter contre la fatigue et la toxicité des traitements, mais aussi à prévenir les récidives. En cas de dépression légère à modérée, de diabète de type 2 ou d’obésité, l’exercice est conseillé avant toute autre prescription. "Sur mes ordonnances, j’inscris l’activité physique avant les médicaments, cela montre à mes patients sa place dans leur traitement", témoigne le Pr François Carré, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Homéopathie : les traitements homéopathiques à privilégier contre le stress
Pour quelle raison les humains n'ont ils plus de queue ?
Vrai ou faux : 8 idées reçues sur le sommeil
Pourquoi dit-on que le cancer du pancréas est le plus insidieux de tous les cancers ?
Alimentation équilibrée : comment manger sainement !