Publicité

Soudan, Farc, Biden et Beatles : les informations de la nuit

PHOTO MOHAMED NURELDIN ABDALLAH/REUTERS

Un obus fait au moins 20 morts au Soudan. Les victimes, toutes civiles, se trouvaient dans un marché en périphérie de la capitale Khartoum quand des tirs ont éclaté, indique Al-Arabiya, reprenant une information de l’AFP. Le conflit, qui a déjà fait 10 000 morts depuis le mois d’avril, oppose l’armée aux Forces de soutien rapide, un groupe paramilitaire.

Les Farc suspendent les négociations de paix. La principale faction des Forces armées révolutionnaires de Colombie, qui avait rejeté un accord de paix en 2016, ne donne pas de raison précise sur l’arrêt des discussions entamées mi-octobre avec le gouvernement. Elle reproche toutefois au président de gauche Gustavo Petro de “privilégier une vision militariste”. Un communiqué de l’organisation, cité par El Espacio, explique que “le cessez-le-feu bilatéral reste tel que nous l’avons convenu, et pour le bien de la Colombie, nous espérons pouvoir surmonter cette crise”.

2024 : Biden derrière Trump. Selon un sondage du New York Times publié dimanche, l’actuel président américain compte, à un an de l’élection présidentielle, 4 à 10 points de retard sur son prédécesseur en Arizona, Géorgie, Michigan, Nevada et Pennsylvanie, cinq États pivots où il l’avait emporté, parfois de quelques milliers de voix seulement, en 2020. Trois ans plus tard, les électeurs interrogés disent qu’ils font plus confiance à M. Trump qu’à M. Biden “en matière d’économie, de politique étrangère et d’immigration”. Une majorité d’entre eux considèrent que “les politiques de M. Biden les ont personnellement affectés”. Le Times constate également que la base multiculturelle et multigénérationnelle qui avait porté l’ancien sénateur jusqu’à la Maison Blanche se réduit. Son avance n’est plus que d’un point chez les moins de trente ans et est descendue sous les dix points chez les latinos. Dans ces États pivots, 22 % des électeurs noirs inscrits soutiennent par ailleurs M. Trump, “un niveau jamais vu pour un républicain dans une présidentielle de l’ère moderne”.

[...] Lire la suite sur Courrier international