Qui est Sonia Souid, l’agente qui accuse Noël Le Graët de harcèlement sexuel

Sonia Souid, ici photographiée par l’AFP en mars 2019, est l’une des rares agentes de joueur de football en France. Elle accuse Noël Le Graët de harcèlement sexuel.
FRANCK FIFE / AFP Sonia Souid, ici photographiée par l’AFP en mars 2019, est l’une des rares agentes de joueur de football en France. Elle accuse Noël Le Graët de harcèlement sexuel.

FOOTBALL - « Il faut bien qu’il y ait une femme qui parle en premier. » Ces mots, c’est Sonia Souid qui les prononce dans un long entretien accordé lundi 9 janvier au journal L’Équipe. Une interview dans laquelle l’une des rares agentes de joueurs de football en France accuse ouvertement Noël Le Graët, l’omnipotent président de la Fédération française (FFF), de faits évoquant du harcèlement sexuel.

Une première prise de parole à visage découvert dans un dossier qui n’en finit plus de prendre de l’ampleur. Depuis le mois de septembre, le magazine So Foot, les équipes d’investigation de Radio France ou le journaliste indépendant Romain Molina ont tous multiplié les révélations au sujet des pratiques de management ayant cours à la FFF et de l’attitude de l’ancien président du club de Guingamp. Au point que ce dernier a été convoqué par la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra et qu’un audit a été ordonné pour faire la lumière sur les accusations portées dans la presse.

Pionnière auprès des footballeuses

C’est dans ce contexte, encore compliqué par la récente sortie de Noël Le Graët sur Zinédine Zidane, que Sonia Souid a donc choisi de s’exprimer. Et d’assurer qu’elle ne sera pas la dernière, précisant dans l’interview de L’Équipe qu’une autre victime du président de la FFF « attendait (qu’elle) parle ». Cela après que plusieurs femmes, collaboratrices de la Fédération ou proches du milieu du foot, ont déjà témoigné de manière anonyme dans les différentes enquêtes journalistiques.

Or si Sonia Souid est la première à rompre l’omerta, c’est peut-être parce qu’elle est habituée à briser les plafonds de verre. Aujourd’hui visage français de CSM Sport & Entertainment, l’un des géants mondiaux du marketing sportif et de la gestion de carrières d’athlètes, la trentenaire s’est fait connaître sur un terrain bien éloigné du rectangle vert : dans une première vie, elle était Miss Auvergne, en 2003, et visait la couronne de Miss France. Un pedigree dont elle a longtemps cherché à se défaire, elle dont les portraits dans la presse ont bien souvent évoqué une « reine de beauté » lancée à la conquête du « foot business ».

Et pour cause : depuis qu’elle a obtenu sa licence d’agent de joueurs en 2010, après avoir un temps carressé l’idée de poursuivre une carrière de joueuse pro de volleyball, Sonia Souid a fait du chemin. Et ses preuves. Parmi les premières à s’être intéressée aux footballeuses, elle est notamment derrière le premier transfert payant de l’Histoire du sport, celui de Marie-Laure Délie au PSG en 2013, pour 50 000 euros. Une première étape avant de nouer une relation privilégiée avec de nombreux visages de l’équipe de France féminine, au premier rang desquels Amandine Henry, l’une des joueuses tricolores les plus cotées. Cela en plus de réussir de beaux coups chez les garçons, et de continuer à représenter de nombreux professionnels.

De Corinne Diacre à Kheira Hamraoui

Et son influence ne s’arrête pas là puisque Sonia Souid, dont la maternité n’a pas empêché de poursuivre son activité, bien au contraire, est aussi à l’origine d’une première marquante pour le football français. Au mitan des années 2010, c’est elle qui souffle à Claude Michy, alors président du club de deuxième division de Clermont (sa ville d’origine), l’idée de recruter une femme pour entraîner son équipe.

Vous ne pouvez pas visionner ce contenu car :

  • Vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers en vous abonnant. Vous ne pourrez donc pas lire nos vidéos qui ont besoin de cookies tiers pour fonctionner.

  • Vous utilisez un bloqueur de publicité. Nous vous conseillons de le désactiver afin d’accéder à nos vidéos.

Si vous n'êtes dans aucun de ces deux cas, contactez-nous à aide@huffingtonpost.fr.

Et c’est ainsi qu’après un premier faux départ avec la Portugaise Helena Costa, Corinne Diacre devient la première femme à entraîner des hommes au niveau professionnel. Quelques années plus tard, Sonia Souid servira ensuite d’intermédiaire dans le cadre de la vente du club clermontois à son propriétaire actuel, Ahmet Schaefer. Une transaction qui lui vaudra, déjà, des attaques liées à sa condition de femme. À l’époque, le vendeur Claude Michy avait dénigré son travail d’agent avant de lancer : « Sonia Souid a beaucoup de charme, mais c’est une femme. Elles veulent montrer qu’elles savent faire. » Ambiance.

Plus récemment encore, l’agente s’est retrouvée en première ligne dans une autre affaire marquante du football français puisqu’elle représente depuis 2017 Kheira Hamraoui, la joueuse du Paris Saint-Germain agressée par des hommes armés fin 2021 et qui a un temps été soupçonnée d’avoir mis en scène cette attaque. Des accusations infondées, dont la joueuse peine aujourd’hui encore à se défaire et à être reconnue comme véritable et seule victime de l’affaire.

Vous ne pouvez pas visionner ce contenu car :

  • Vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers en vous abonnant. Vous ne pourrez donc pas lire nos vidéos qui ont besoin de cookies tiers pour fonctionner.

  • Vous utilisez un bloqueur de publicité. Nous vous conseillons de le désactiver afin d’accéder à nos vidéos.

Si vous n'êtes dans aucun de ces deux cas, contactez-nous à aide@huffingtonpost.fr.

En septembre dernier donc, Sonia Souid était montée au créneau, déjà dans les colonnes de L’Équipe, pour dénoncer le traitement injuste dont sa joueuse avait fait l’objet. « Elle a été traînée dans la boue, menacée de mort, insultée, harcelée sur son lieu de travail par plusieurs coéquipières… », fustigeait-elle notamment. Et de s’en prendre, déjà, à la FFF pour son « silence étourdissant » et son absence de soutien à Kheira Hamraoui, finalement « sacrifiée » par l’équipe de France comme par le PSG.

Un combat qu’elle mène désormais de front avec celui contre le controversé président de la Fédération française de football. Un homme contre lequel les regards politiques et footballistiques sont désormais tournés, et qui pourrait voir sa fin de règne arriver bien plus tôt qu’il ne s’y attendait : le comité exécutif de la FFF doit se réunir en urgence mercredi pour entendre son président sur plusieurs points, et notamment sur le témoignage accablant de Sonia Souid.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi