Publicité

Ski alpin: "J’ai pris une claque", Sarrazin révèle le déclic à l'origine de sa folle saison

Deuxième de la Coupe du monde de descente, Cyprien Sarrazin a été privé d'une chance de devancer Marco Odermatt après l'annulation de la dernière course à Saalbach en Autriche ce week-end. Invité exceptionnel du Super Moscato Show ce mardi sur RMC, le skieur français a expliqué ne pas ressentir la moindre frustration après une décision prise pour protéger la santé des sportifs. La révélation de la saison de ski a également révélé le déclic à l'origine de son bel hiver.

"La principale explication, c’est mental. Je crois que l’évolution a été mentale", a raconté Cyprien Sarrazin deux jours après l'annulation de la descente de Saalbach. "Il y a eu plein de trucs. Il y a eu plein de trucs. C’est déjà passé par le fait d’être bien dans ma vie à côté, en dehors du sport. Ensuite je me suis posé la question de pourquoi je skiais. Cette année a été assez mouvementée émotionnellement parlant. Tout le travail que j’ai mis en place c’était pour me retrouver, déjà être heureux dans ma vie. Et derrière j’ai pu skier en étant bien."

"Je n'ai rien lâché"

Relancé sur sa confiance en lui et en son niveau de ski, celui qui a signé un fantastique doublé à Kitzbühel a confirmé qu'il avait lutté contre les blessures et les doutes. Mais à l'arrivée, Cyprien Sarrazin est ressorti vainqueur de son combat contre lui-même.

"Justement, c’était aussi ça le problème avec beaucoup de blessures, beaucoup de doutes durant ces dernières années de carrière. Après je n’ai rien lâché", a encore précisé le skieur de 29 ans lors de son passage sur RMC. "Je me disais de ne rien lâcher parce que je sentais que j’en avais les capacités."

Sarrazin a réglé ses soucis d'ordre privé

Malgré les doutes, Cyprien Sarrazin a finalement atteint le meilleur niveau de sa carrière cette saison. Une réussite provoquée par un sursaut mental après des déboires dans le privé.

"J’ai réglé des choses dans ma vie affective", a finalement estimé le nouveau phénomène du ski tricolore. "Je pense que je suis quelqu’un qui donne beaucoup et qui a beaucoup d’émotions. J’ai pris une claque et derrière cela m’a ouvert les yeux sur plein de choses. Mais en travaillant sur moi-même, je me suis retrouvé et ça n’a été que du bonus."

Article original publié sur RMC Sport