“Sir Alfred”, le SDF iranien qui avait inspiré Spielberg, est mort à Roissy

Photo STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Perdu dans “les limbes diplomatiques”, SDF successivement expulsé du Royaume-Uni, des Pays-Bas et d’Allemagne, l’Iranien Mehran Karimi Nasseri avait fini par élire domicile en 1988 dans quelques mètres carrés de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Celui qui se faisait appeler “Sir Alfred” est décédé samedi 12 novembre au terminal 2F de l’aéroport qu’il ne connaissait que trop bien pour y être resté confiné jadis durant dix-huit ans, rapporte le site de la BBC.

Né en 1945 à Masjed Soleiman, dans la province iranienne du Khouzistan, Mehran Karimi Nasseri avait atterri à Roissy en novembre 1988, après un long périple à travers l’Europe à la recherche de sa mère. Dans les années 1970, il avait été étudiant à l’université de Bradford, dans l’ouest de l’Angleterre, et avait alors participé à des manifestations contre le régime du Shah. Rentré en Iran quelques années plus tard, il avait été “jeté en prison” avant de devoir s’exiler, rappelle la BBC.

“Jusqu’à six interviews par jour”

En 1999, Mehran Karimi Nasseri avait obtenu le statut de réfugié politique en France ainsi qu’un titre de séjour, mais il avait refusé de signer ses nouveaux papiers. Son histoire avait attiré l’attention des médias ainsi que celle de Steven Spielberg qui, en 2004, en avait fait le héros – incarné à l’écran par Tom Hanks – de son film The Terminal. Après la sortie du film, les journalistes étaient venus plus nombreux que jamais à Roissy pour parler avec l’homme qui avait inspiré Spielberg, souligne la BBC. “À un moment donné, M. Nasseri donnait jusqu’à six interviews par jour.”

Devenu une “figure emblématique” pour tout le personnel de l’aéroport, “Sir Alfred” avait d’abord quitté Roissy en 2006 pour un séjour en hôpital, puis en pension dans un hôtel où il vivait grâce à l’argent rapporté par le film. “Le film de Spielberg suggère qu’il était coincé dans une zone de transit à Paris - Charles-de-Gaulle. En réalité, il est toujours resté dans la zone publique, libre de ses déplacements”, précise un responsable de l’aéroport.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :