Publicité

Sept à huit - "Talentueux, bienveillant et drôle", "C’est un soleil ce garçon", "C’est le remède anti-déprime du dimanche soir" : le portrait d’Ahmed Sylla "redonne le sourire" aux internautes

Le portrait d'Ahmed Sylla dans
Le portrait d'Ahmed Sylla dans "Sept à huit" régale les internautes. Capture écran TF1

Ce dimanche 16 avril, un nouveau numéro de "Sept à huit" a été diffusé sur TF1. Cette fois-ci, Audrey Crespo-Mara a laissé la parole à Ahmed Sylla dans "le portrait de la semaine". Un entretien qui a régalé les internautes.

Chaque dimanche, de nombreux téléspectateurs aiment se retrouver devant leur écran pour regarder un nouveau numéro de "Sept à huit". Harry Roselmack est aux commandes de cette petite routine hebdomadaire, et c'est toujours un plaisir pour les adeptes de cette émission de voir le présentateur. Ce 16 avril, de nouveaux reportages ont déchaîné les passions des Français. Et une fois de plus, certains sujets ont glacé le sang des internautes, notamment celui intitulé "Trois meurtres pour une vengeance". Un ingénieur au chômage a nourri une rancoeur pendant de nombreuses années et a décidé de se venger après avoir été licencié. Une histoire qui a laissé les abonnés de Twitter sans voix...

Le reportage sur l'inflation a également plongé les internautes dans un sentiment de frustration face à cette triste réalité. Les prix flambent et il devient difficile, pour beaucoup, de se nourrir correctement. Mais face à ces sujets quelque peu lourds et chagrinants, "Sept à huit" a décidé de terminer sa soirée en beauté. En effet, ce dimanche 16 avril, Audrey Crespo-Mara a donné la parole à Ahmed Sylla, dans "le portrait de la semaine". Au cours de cet entretien, l'acteur âgé de 33 ans s'est confié à coeur ouvert sur sa famille, son éducation, mais également sur son orientation sexuelle. Une interview sans tabou et "solaire" qui a régalé les internautes.

VIDÉO - La Face Katché - Harry Roselmack : "Si ça avait foiré, je m’en serais pris plein la tronche. Mais ce n’est pas que pour moi que ça aurait été compliqué"

Celui qui s'est fait repérer après avoir imité Nicolas Sarkozy et qui s'est fait connaître au grand public grâce à l'émission de Laurent Ruquier, "On ne demande qu'à en rire", a parcouru un sacré bout de chemin. À présent, les portes du cinéma se sont ouvertes à lui. Très bon imitateur, Ahmed Sylla aime interpréter des femmes et il est même "incroyable à cela", comme l'a souligné Audrey Crespo-Mara. Et même si ses imitations ont souvent semé le doute sur son orientation sexuelle, l'acteur a assuré : "Je ne me pose tellement pas de questions sur ma sexualité que j'ai rien besoin de refouler. Je sais que je suis hétéro, je sais que j'aime les femmes." Puis, face à la journaliste, il a ajouté : "Ça peut être très bizarre, même pour mes parents. Au début, c'était très bizarre. 'Est-ce qu'il essaie de nous faire passer un message ? Est-ce qu'il veut nous dire quelque chose ?' Je sais que beaucoup de personnes se sont posé la question."

"J’adore ce gars, qu’est-ce qu’il me fait rire"

Tout au long de cet entretien dans "Sept à huit", Ahmed Sylla a également évoqué son enfance. Ce jeune homme a tendrement parlé de sa mère, "la femme de sa vie", qui s'est sacrifiée pour lui offrir une scolarité dans une école privée. En découvrant ce "portrait de la semaine", les internautes ont été conquis par son histoire. Sa nature positive ainsi que son côté humble ont régalé les abonnés de Twitter. D'ailleurs, pour certains Ahmed Sylla est "le remède anti-déprime du dimanche soir".

VIDÉO - Ahmed Sylla évoque la polémique autour de son rôle dans L'Ascension