Seine-et-Marne : un chercheur de métaux découvre des ossements humains non-identifiés

Des ossements humains découverts par un chercheur de métaux - Getty Images (Getty Images)

Un homme équipé d’un détecteur de métaux a découvert des ossements humains dans un bosquet de la commune de Jossigny, en Seine-et-Marne. La police cherche actuellement à identifier le corps.

C’est une découverte digne d’un film d’horreur qui a été faite à l’approche de la fête d’Halloween. Ce dimanche 30 octobre, vers 17h, un chercheur de métaux est en effet tombé sur un crâne, un tronc et un os de bras humain alors qu’il se promenait dans un bosquet entouré de prés cultivés, rapporte le journal Le Parisien. Les ossements peu profondément enterrés affleuraient à la surface du bois.

La découverte a été faite à la nuit tombante à la lisière du bois de Belle Assise, sur le territoire de la commune de Jossigny, dans le département de la Seine-et-Marne, en région parisienne. L’auteur de la découverte est un propriétaire de détecteur de métaux qui prospectait à la recherche de quelque chose de précieux ou d’insolite. Sa surprise a toutefois été complète lorsqu’il a trouvé ce qu’il a rapidement identifié comme étant des ossements humains. Il a donc prévenu la police qui s’est rendue sur place aussi vite que possible.

Deux autres découvertes dans le département

"Pour l’instant, nous avons peu d’informations sur leur origine", a affirmé une source proche du dossier à nos confrères du Parisien. Une information qui confirme les propos du parquet de Meaux qui dit ne pas avoir plus d’éléments à confirmer à ce stade des investigations. Patrick Maillard, le maire de Jossigny, a quant à lui indiqué qu’il s’agit d’une zone très peu fréquentée. "Une cinquantaine de Roms ont séjourné dans cette partie du bois, il y a quelques années", a cependant expliqué l’édile. Aucun lien n’a pour l’instant été établi entre cette communauté et les restes humains mis au jour par le chercheur de métaux.

Cette découverte n’est toutefois pas un cas isolé en Seine-et-Marne. Au mois de mars, c’est un adolescent qui avait trouvé des ossements, dont un crâne portant un trou de dix centimètres à l’arrière, dans une zone boisée de la commune de Champs-sur-Marne. Un chasseur était quant à lui tombé sur un crâne humain intact, un radius, un cubitus et d’autres fragments d’os sur la commune de Meaux, dans le même département. Le lendemain, les recherches de la police avaient mené à la découverte de deux autres os. Malgré la proximité géographique de ces macabres trouvailles, rien n’indique pour l’instant qu’elles soient liées.

VIDÉO - États-Unis : les restes d'une adolescente identifiées 53 ans après sa disparition