SCH: pourquoi la sortie de son album JVLIVS II est un événement

Magali Rangin
·4 min de lecture
Le rappeur SCH dans son clip
Le rappeur SCH dans son clip

Le Louvre a peut-être abandonné les chiffres romains, mais pas lui. Le rappeur marseillais Julien Schwarzer, alias SCH publie ainsi ce vendredi, le deuxième volet de son disque JVLIVS, baptisé, en toute logique, JVLIVS II. Dix-neuf titres - 21 sur le CD - saturés de vocodeur, planants ou dansants, aux rimes peaufinées, aux instru mélodieuses, et riches en allitérations. Après avoir saturé les serveurs, en pré-commandant cet album, dès le 2 février, sur les réseaux sociaux, les fans, ses "gâtés", étaient fébriles.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

• Une trilogie

JVLIVS II est donc le deuxième volet d'une trilogie, avec le titre Marché noir pour transition. Le titre complet de l'album est d'ailleurs JVLIVS : Tome II - Marché Noir. Ce deuxième chapitre poursuit l'histoire du premier. Le personnage de Julius, son double de fiction, y prend de l'ampleur. "Le tome I, c'est Julius: on ancre le personnage qui est assez mystique, avec sa grosse fourrure, a ainsi expliqué SCH dans une interview à Keakr. Sur le tome II, on démystifie un peu ce personnage, pour le rendre plus proche de la réalité".

A mille lieues de Booba, prince de l'ego trip et roi de l'auto promo, SCH concède avec modestie, au micro de Mehdi Maïzi dans Le Code, avoir une certaine pression après un premier album de très bonne facture, même si, glisse-t-il un peu gêné "je n'aurais pas cette prétention, et puis ce sont les gens qui décident ça".

• Des feat a gogo

En 2019 et 2020, ce bon camarade du rap français a posé sa belle voix grave sur des morceaux de nombreux rappeurs, de Sofiane (pour une première collaboration sur le titre American Airlines) à Naza en passant par Bosh... Selon les informations de Rapsodie, l'institut français du rap francophone, qui compile et analyse toutes sortes de données sur le rap, il est l'un des artistes à avoir été le plus sollicité en 2020. SCH a ainsi été invité par 16 artistes.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"J'ai fait des belles rencontres humaines", se réjouit le Marseillais dans Le Code. Ces collaborations ont aussi été une façon pour lui de relâcher la pression, en plein travail sur son album JVLIVUS II et d'avoir "ce luxe de pouvoir s'amuser à côté d'un projet très sérieux."

Le "feat" plus mémorable pour le grand public, reste bien sûr Bande Organisée, sur l'album de 13'Organisé, où il interprète le premier couplet de ce morceau écouté plus de 277 millions de fois sur Youtube, et hymne de l'été 2020. Il était donc légitime que les fans attendent de pied ferme son propre album.

https://www.youtube.com/embed/-CVn3-3g_BI?rel=0

Cet album comporte d'ailleurs deux feats, l'un avec Freeze Corleone, Mannschaft, l'autre avec Jul, le très dansant Mode Akimbo, et Fantôme avec Jul et Le Rat Luciano.

• Un air de cinéma

SCH emprunte beaucoup au cinéma. Le concept de suite et de trilogie pour ses albums, impliquant une certaine forme de narration, est ainsi en partie un hommage au grand écran. Et puis l'univers graphique de ses clips n'a rien à envier à des séries comme Gomorra, qui était d'ailleurs le titre d'une chanson de SCH en 2015, sur l'album A7.

Le premier volet, JVLIVS nous immergeait dans l'univers de la mafia italienne, conviant José Luccioni, voix française d'Al Pacino. L'acteur de doublage est de retour sur cet album, pour insuffler un peu d'esprit ganster à l'album, sur les morceaux Gibraltar, La Battue, Le Coup d'avance et dans le clip de Marché Noir, qui se présente comme un cours métrage.

Cet album est pourtant moins inspiré du cinéma que le précédent, comme il l'a expliqué à Clique. "Je reste un ex-cinéphile donc j'ai toujours mes classiques en tête, mais je me suis plus inspiré du tome 1 et du quotidien".

https://www.youtube.com/embed/tKD6yT9Jv-w?rel=0

Le Marseillais, biberonné aux films de Scorsese et inspiré par les mafieux du Parrain, ne cache pas ses ambitions. "J'espère que pour le tome III, nous pourrons faire un film", livre-t-il à Keakr. Ajoutant dans Le Code: "Le cinéma, pour beaucoup d'artistes rap, c'est une belle finalité. Pour moi, c'est une finalité exceptionnelle".

Article original publié sur BFMTV.com