Salto de Castro : un village entier à vendre

Photo Balles2601/Wikimedia/CC

Dans le nord-ouest de l’Espagne, à la frontière portugaise et à trois heures en voiture de Madrid, Salto de Castro est en vente, raconte la BBC. Ce village avait été construit par Iberduero, une compagnie de production d’électricité, dans les années 1950 pour loger les familles des ouvriers travaillant sur le réservoir hydraulique voisin. Mais depuis la fin des années 1980, Salto de Castro est inhabité. Aujourd’hui, il est entièrement à vendre pour la modique somme de 260 000 euros. Ce prix comprend 44 logements, un hôtel, une église, une école, une piscine municipale et même une caserne qui abritait autrefois la garde civile !

Ce n’est pas la première fois que tout cet ensemble est à vendre. En fait, c’est l’actuel propriétaire du lot, un octogénaire, qui l’avait acheté au début des années 2000, qui le cède aujourd’hui. Il voulait en faire un lieu touristique avec un grand complexe hôtelier, mais “la crise de la zone euro a empêché ses projets de se concrétiser”, précise la BBC. Il aimerait toutefois que le nouvel acheteur ait la même vision que lui, indique Royal Invest, la société qui le représente.

Sur le site Idealista, où l’annonce a été publiée début novembre, le propriétaire s’explique.

“Je vends parce que je suis un citadin et que je ne peux pas assurer l’entretien du village.”

L’annonce a déjà été consultée plus de 50 000 fois. Trois cents personnes, notamment venant de Russie, de France, de Belgique et du Royaume-Uni, se sont dites intéressées, et un acquéreur potentiel a même déjà proposé un dépôt de garantie pour réserver le village.

Attention néanmoins avant de vous enthousiasmer pour ce bon plan hors du commun : la région est frappée par l’exode rural et surnommée “l’Espagne vidée”, tandis que de nombreux bâtiments sont délabrés. D’ailleurs, Salto de Castro avait déjà été mis en vente pour 6,5 millions d’euros et son prix a dû être drastiquement revu à la baisse. On estime les travaux de réfection pour rendre le lieu rentable à un peu moins de 2 millions d’euros.



[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :