La sénatrice Nathalie Goulet, espionnée par le Qatar, va déposer plainte

La sénatrice française du département de l'Orne et membre du groupe Union des démocrates et indépendants (UDI-UC) Nathalie Goulet (C), flanquée du sénateur français du département du Bas-Rhin et membre du parti de droite Les Républicains (LR) Andre Reichardt (R), s'adresse aux journalistes après une réunion avec le ministre français de l'Intérieur et des représentants de la communauté islamique de France au ministère de l'Intérieur, à Paris, le 29 août 2016. - Le gouvernement français et les représentants de la communauté islamique de France ont lancé le 29 août la construction d'un
MATTHIEU ALEXANDRE / AFP La sénatrice française du département de l'Orne et membre du groupe Union des démocrates et indépendants (UDI-UC) Nathalie Goulet (C), flanquée du sénateur français du département du Bas-Rhin et membre du parti de droite Les Républicains (LR) Andre Reichardt (R), s'adresse aux journalistes après une réunion avec le ministre français de l'Intérieur et des représentants de la communauté islamique de France au ministère de l'Intérieur, à Paris, le 29 août 2016. - Le gouvernement français et les représentants de la communauté islamique de France ont lancé le 29 août la construction d'un "Islam de France", dans un climat tendu en raison de la controverse sur le burkini et des récentes attaques terroristes. (Photo de MATTHIEU ALEXANDRE / AFP)

ESPIONNAGE - « Quand vous travaillez sur l'islam radical, vous percutez forcément le Qatar. » Voilà ce qu’a expliqué à l’AFP la sénatrice Nathalie Goulet. L’élue centriste de l’Orne a l'intention de porter plainte après les révélations de piratage publiées ce dimanche 6 novembre par le Sunday Times. Car la boîte mail de cette experte des questions d’islamisme et de financement du terrorisme aurait été piratée par des hackers, sur ordre du Qatar.

L’élue a découvert dimanche avoir été éspionnée avec l’article du Sunday Times. « Ça a été d’une violence absolue », a-t-elle réagi ce lundi sur RMC. Elle explique en effet qu’au-delà des mails professionnels, sa messagerie contient des élèments de sa vie personnelle et dénonce une intrusion dans son intimité. « J’y ai aussi des photos de mes petits-enfants, des échanges personnels… », développe-t-elle au média Public Sénat.

D’autres appareils et boîtes mails peut-être espionnés

Depuis ces révélations, des éléments lui reviennent en mémoire et confirment une tentative d’espionnage. Elle dit à l’AFP se souvenir avoir reçu « il y a à peu près huit ou 10 mois » un appel téléphonique d'un « monsieur se disant enquêteur, mais qui ne s'est pas présenté » et qui connaissait son mot de passe de boîte Gmail. Il lui a alors dit que son compte avait été « piraté » et l'a invitée à prendre les dispositions nécessaires.

Impossible de savoir si d’autres de ses appareils, comme son téléphone portable, ou sa boîte mail utilisée au Sénat ont eux aussi été espionnés. « Je pense que le président Gérard Larcher a été prévenu et que les services compétents feront les vérifications nécessaires », glisse-t-elle encore à Public Sénat. Par mesure de précaution, la sénatrice a changé tous ses mots de passe et s'est équipée d'un boîtier de cryptage.

Nombreuses interpellations sur les liens entre la France et l’émirat

« Je ne suis quand même qu'un modeste sénateur rural, qui fait son travail et qui travaille sur l'islam radical », souligne la sénatrice centriste de l'Orne. Très active contre l'organisation « Les Frères musulmans », elle a notamment publié au printemps dernier L'Abécédaire du financement du terrorisme.

La sénatrice rappelle encore s'être exprimée et avoir voté contre des conventions signées par la France avec le Qatar, dont le partenariat sur la sécurité de la Coupe du monde de football. « J'ai aussi rappelé chaque fois que j'ai pu que le Qatar, grâce à une convention fiscale avantageuse, fait de la France un paradis fiscal », a-t-elle ajouté. « Je suis probablement un peu irritante, mais ce n'est pas une raison pour me piquer ma boîte mail. »

Outre Nathalie Goulet, des journalistes, des avocats (dont celui de la sénatrice à Londres, selon l’élue) ou encore l'ancien patron du foot européen Michel Platini ont été les cibles de hackers. Ces derniers auraient été embauchés afin de protéger la réputation du Qatar dans le cadre de l'organisation du Mondial-2022, explique encore l’enquête du Sunday Times.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi