Publicité

Sénégal: Ousmane Sonko nommé Premier ministre par Bassirou Diomaye Faye

Il était le chef de l'opposition sous la présidence de Macky Sall, il sera Premier ministre sous celle de Bassirou Diomaye Faye. Élu fin mars, le nouveau président du Sénégal a nommé Ousmane Sonko, 49 ans, au poste de Premier ministre ce mardi 2 avril. L'annonce a été faite par le secrétaire général de la présidence de la République Oumar Samba Bâ.

"Je mesure l'importance de la confiance qu'il (le président Faye) a placée en ma personne", a déclaré sur la RTS Ousmane Sonko.

Sa nomination au poste de Premier ministre n'est pas une réelle surprise. Ousmane Sonko, candidat naturel de son camp à l'élection présidentielle 2024, avait proposé la candidature de Bassirou Diomaye Faye après l'invalidation de la sienne.

Il avait été déclaré coupable le 1er juin de débauche de mineure et condamné à deux ans de prison. Sa libération mi-mars, alors que le pays était secoué par de vives tensions, avait provoqué des scènes de liesse et de joie dans la capitale, Dakar.

"Le Sénégal sous mon magistère sera un pays d'espérance"

Quelques heures seulement avant l'annonce de la nomination d'Ousmane Sonko au poste de Premier ministre, Bassirou Diomaye Faye prêtait serment au Centre des expositions de la ville nouvelle de Diamniadio. Ce panafricaniste de gauche a promis "changement systémique", souveraineté et apaisement après des années d'agitation.

Dans une brève allocution, Bassirou Diomaye Faye s'est dit "conscient" que sa large victoire dès le premier tour de la présidentielle du 24 mars exprimait "un profond désir de changement systémique".

"Le Sénégal sous mon magistère sera un pays d'espérance, un pays apaisé avec une justice indépendante et une démocratie renforcée", a-t-il dit.

Bassirou Diomaye Faye succède pour cinq ans à Macky Sall, 62 ans, qui a dirigé le pays de 18 millions d'habitants pendant 12 années et maintenu des relations fortes avec l'Occident et la France tout en diversifiant les partenariats. Les trois dernières années ont été marquées par des troubles, avec à la clé des dizaines de morts et des centaines d'arrestations.

La promesse de la rupture, l'onction de son populaire mentor Ousmane Sonko, présent aux premiers rangs mardi, et l'apparente humilité de cette personnalité issue d'un milieu modeste et éduqué l'ont conduit à une victoire éclatante avec 54,28% des voix.

Article original publié sur BFMTV.com