Publicité

Romans-sur-Isère: les services de renseignements avaient alerté du risque de rassemblement de l'ultradroite

Ils auguraient une "expédition vengeresse et coordonnée". Une source du renseignement assure à BFMTV que les services s'inquiétaient depuis plusieurs jours du rassemblement de l'ultradroite qui a eu lieu ce samedi 25 novembre dans le quartier de la Monnaie à Romans-sur-Isère.

Ils prévoyaient "un fort risque de trouble à l'ordre public".

Environ 80 militants d'ultradroite venus de toute la France se sont rassemblés pour demander "justice pour Thomas", lycéen de 16 ans mort en marge d'une fête populaire à Crépol. Ils se sont notamment attaqués aux forces de l'ordre. Au total, 24 personnes ont été interpellées.

"Parallèle entre l'insécurité et l'immigration"

La mort du jeune Thomas suscite des "réactions au sein de la mouvance d'ultradroite", explique cette même source, qui "fait le parallèle entre l'insécurité et l'immigration". Les raisons invoquées par les militants sont un supposé "laxisme d'État" et l'origine supposée des mis en cause dans le meurtre de Crépol.

La mouvance d'ultradroite a été aussi galvanisée par les événements en Irlande où un hôtel accueillant des migrants a été incendié en marge de violences après une attaque au couteau à Dublin.

Renfort de la CRS 8

Ce samedi soir, le ministère de l'Intérieur expliquait déjà à BFMTV que ce rassemblement à Romans-sur-Isère avait été "anticipé dans l’aprèsmidi". "Le ministre avait passé des consignes très strictes et demandé à ce que le maximum d’interpellations soit réalisé, et le plus préventivement possible", précise la place Beauvau. Ainsi, il avait été demandé le renfort de la CRS 8 venue de Chassieu.

"Grâce à cela, la situation a été rapidement maîtrisée", concède Éric Henry, délégué national du syndicat Alliance Police nationale. D'autres rassemblements sont à envisager, met en garde le renseignement.

Article original publié sur BFMTV.com