Comment des romans ont inspiré des inventeurs ?

© Retro AdArchives / Alamy Stock Photo

Dans le roman Player One d'Ernest Cline, paru en 2011, (dans sa version ciné), le héros se connecte à l’Oasis, un monde parallèle numérique, grâce à un casque de réalité virtuelle (VR). Si ce roman est le livre de chevet de l'Américain Palmer Luckey, l’inventeur du bien réel casque Oculus Rift, l'idée de VR est encore plus ancienne: en 1935, l'Américain Stanley G. Weinbaum en pose les bases sans le savoir dans sa nouvelle Pygmalion's Spectacles, où il décrit une paire de lunettes délivrant un film dont l’histoire « est centrée sur vous, qui en êtes acteur ». En 1992, l’écrivain américain Neal Stephenson conçoit, lui, le mot métavers, un monde virtuel où l’on peut à la fois travailler et se divertir. Inspiré par le concept, Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, change en 2021 le nom de sa société pour Meta, et lance la course aux métavers. Ironique, quand on sait que l’univers virtuel décrit par Stephenson est contrôlé par une multinationale !

L’une des technologies les plus visionnaires de la série Star Trek, à la fin des années 1960, n’est autre que le fameux « communicateur » à clapet qui permet aux personnages de contacter leur vaisseau depuis des planètes lointaines. À l’époque, l’ingénieur américain Martin Cooper développe, depuis 1954, des systèmes de radio portables pour Motorola. Le premier épisode de la série renforce sa conviction quant à l’intérêt de tels appareils. Bien vu : c’est lui qui présente le premier téléphone portable en 1973. L'appareil pèse alors 1,5 (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Mardi gras : d’où vient cette tradition et comment la célébrer?
Les super-héros ont-ils des racines juives ?
Comment cacher ses amis sur Facebook ?
Chandeleur : quelle est l'histoire du jour des crêpes ?
Quels sont les responsabilités et le pouvoir des super-héros ?