Rafle du Vel d'Hiv: pourquoi la gare de Pithiviers a été choisie par Macron pour la commémoration

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Rafle du Vel d'Hiv: pourquoi la gare de Pithiviers a été choisie par Macron pour la commémoration (La gare de Pithiviers, nouveau lieu de mémoire de la Shoah. Par Geoffroy Van der Hasselt / AFP) (Photo: GEOFFROY VAN DER HASSELT via AFP)
Rafle du Vel d'Hiv: pourquoi la gare de Pithiviers a été choisie par Macron pour la commémoration (La gare de Pithiviers, nouveau lieu de mémoire de la Shoah. Par Geoffroy Van der Hasselt / AFP) (Photo: GEOFFROY VAN DER HASSELT via AFP)

Rafle du Vel d'Hiv: pourquoi la gare de Pithiviers a été choisie par Macron pour la commémoration (La gare de Pithiviers, nouveau lieu de mémoire de la Shoah. Par Geoffroy Van der Hasselt / AFP) (Photo: GEOFFROY VAN DER HASSELT via AFP)

COMMÉMORATION - “Le combat continue” contre l’antisémitisme, et Emmanuel Macron compte bien le rappeler ce dimanche 17 juillet, jour de commémoration du 80e anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv. Le président de la République doit prononcer, fait savoir l’Élysée, un “discours offensif” notamment contre le “révisionnisme historique”. Mais cette fois-ci, il ne le fera pas depuis le Vélodrome d’Hiver, à Paris.

En effet, Emmanuel Macron le tiendra à partir de 15h30 sur le site de l’ancienne gare de Pithiviers (Loiret), second lieu de déportation en France après Drancy près de Paris, où un mémorial est inauguré ce dimanche.

La traditionnelle cérémonie sur le site de l’ancien Vélodrome d’Hiver, un stade de Paris, aura lieu ce matin en présence de la Première ministre Élisabeth Borne.

Le deuxième site de déportation français

Le choix de la gare de Pithiviers n’est pas anodin. En 1942, huit convois sont partis vers les camps d’extermination, emportant avec eux 8400 déportés. “Ce qui fait que cette gare a été le deuxième site de déportation français après celui
de Drancy”, a déclaré un conseiller de l’Élysée.

“Cette gare, c’est le lieu où l’évènement français devient génocide européen. (...) C’est un lieu de mémoire unique en France”, rappelle Jacques Fredj, directeur du Mémorial de la Shoah, qui destine le lieu “principalement aux scolaires”.

Au total, 16.000 Juifs ont été internés dans les camps voisins de Pithiviers et Beaune-la-Rolande ente 1941 et 1943. “Ce qui s’est passé ici est directement lié à la rafle du Vel d’Hiv” en juillet 1942, insiste Olivier Lalieu, le commissaire de l’exposition.

Les gares, “angle mort de la mémoire”

Ce dimanche le Mémorial de la Shoah inaugure donc ce nouveau lieu de mémoire. Avec ce site de 400 m2, qui appartient toujours à la SNCF, le Mémorial souhaite “renforcer le travail” du Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement du Loiret (Cercil).

“C’est une priorité face à la montée de l’antisémitisme, du racisme et des complotismes. (...) Il y a un travail à faire avec les élèves: quelles ont été les conséquences du racisme dans l’histoire?”, affirme Jacques Fredj.

Une salle de la gare est consacrée à un reportage photo poignant, quasiment minute par minute, de la rafle dite “du billet vert”, la première arrestation massive de Juifs en France. La police française avait convoqué et arrêté 3700 Juifs étrangers le 14 mai 1941. Ils seront ensuite envoyés dans les deux camps du Loiret, avant de constituer le premier convoi vers Auschwitz-Birkenau en mars 1942, afin de vider les lieux avant les grandes rafles de l’été.

(Mémorial de la gare de Pithiviers par Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP) (Photo: GEOFFROY VAN DER HASSELT via AFP)
(Mémorial de la gare de Pithiviers par Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP) (Photo: GEOFFROY VAN DER HASSELT via AFP)

(Mémorial de la gare de Pithiviers par Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP) (Photo: GEOFFROY VAN DER HASSELT via AFP)

Une autre salle retrace “la litanie des huit convois” vers Auschwitz-Birkenau. Un par un, les trains s’affichent, avec les documents administratifs reproduits: rapports de police, de la préfecture, réquisition des gendarmes, préparation des wagons, etc. De quoi mettre en lumière le rôle des gares, “angle mort de la mémoire”.

En face, sur des écrans géants, les photos des déportés assassinés se révèlent, train par train, détaille Olivier Lalieu, pour “ressusciter l’humain (...) derrière les chiffres”.

Près de 13.000 juifs, en majorité des femmes et des enfants, furent arrêtés par la police française à Paris et dans sa proche banlieue les 16 et 17 juillet 1942 et internés au Vel d’Hiv dans des conditions terribles avant d’être déportés vers des camps d’extermination.

Combattre le révisionnisme historique

Lors de son discours, qui devrait durer une vingtaine de minutes, Emmanuel Macron va notamment s’attaquer au révisionnisme historique. “L’antisémitisme rôde encore et parfois de manière insidieuse et c’est très préoccupant”, note un conseiller du Président. “Un nouveau type de révisionnisme historique est apparu”, notamment sur le rôle du maréchal Pétain, a-t-il noté, ajoutant que le “combat” doit “de nouveau être mené”.

Après cinquante ans de silence des autorités françaises, le président Jacques Chirac avait reconnu en 1995 la responsabilité de la France dans la Rafle du Vel d’Hiv, dans un discours resté gravé dans les mémoires. “La France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable”, avait-il lancé.

Vingt-sept ans plus tard, “la France a changé”, a relevé l’Élysée. “Hélas, la société française n’en a pas fini avec l’antisémitisme”, a martelé le conseiller en rappelant les attentats visant des juifs et la “banalisation de débats” autour du régime de Vichy.

(Photo prise en mai 1941 à la gare de Pithiviers où des étrangers de confession juive sont enregistrés par la police française à leur arrivée dans le camp. Ils seront ensuite déportés en Allemagne et en Europe de l'Est. AFP) (Photo: - via AFP)
(Photo prise en mai 1941 à la gare de Pithiviers où des étrangers de confession juive sont enregistrés par la police française à leur arrivée dans le camp. Ils seront ensuite déportés en Allemagne et en Europe de l'Est. AFP) (Photo: - via AFP)

(Photo prise en mai 1941 à la gare de Pithiviers où des étrangers de confession juive sont enregistrés par la police française à leur arrivée dans le camp. Ils seront ensuite déportés en Allemagne et en Europe de l'Est. AFP) (Photo: - via AFP)

Le candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle Eric Zemmour (Reconquête!) a notamment soutenu que le maréchal Pétain avait “sauvé” des juifs français durant la Seconde Guerre mondiale.

“Le sens de cette commémoration, c’est de se dire que le combat continue et que le président Macron continuera de suivre le chemin que le président Chirac avait tracé”, a dit le conseiller. “C’est un discours qui sera offensif sur le sujet compte tenu de ce que nous impose l’actualité depuis plusieurs années”, a-t-il dit. Le chef de l’État va “rappeler ce qui nous menace en tant que société et ce qui nous protège aussi”.

Des rescapés de la Rafle du Vel d’Hiv seront présents. Des élus du Rassemblement national ont aussi été invités, par tradition républicaine, a détaillé l’Elysée, sans préciser s’ils seraient présents.

À voir également sur Le HuffPost: Face aux antivax et à leurs étoiles jaunes, ce rescapé du Vel d’Hiv crie son indignation

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles