Publicité

Réchauffement climatique, ultradroite, guerres... Jadot "a la trouille" pour "la première fois de sa vie"

L'écologiste qui évoque "les vertiges" de l'époque s'inquiète qu'on "ne réfléchisse plus avec nos cerveau" mais "avec nos instincts". Il accuse également l'extrême droite d'"agiter toutes les peurs" plus de dix jours après la mort du jeune Thomas à Crépol.

Un diagnostic sans appel. Interrogé sur le contexte mondial et français, entre guerre en Ukraine, conflit entre Israël et le Hamas, forte inflation et accélération du réchauffement climatique, Yannick Jadot affiche son inquiétude.

"Dans la vie des militants politiques, il y a des bons moments et des mauvais. J'avoue que dans ma vie de militant, c'est la première fois que j'ai la trouille en fait", a avancé l'ex candidat à la présidentielle sur France 2 ce mercredi.

"Nos enfants vivront moins bien que nous"

Celui qui est désormais sénateur écologiste de Paris évoque pêle-mêle "l'effondrement climatique, avec tout ce que ça veut dire socialement et l'effondrement démocratique".

Les Nations unies ont estimé dans un rapport que si les États actuels ne revoient pas leurs engagements actuels pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique s'élèvera au moins à 2,5°C degrés d'ici 2100.

Il évoque encore "les guerres omniprésentes, y compris à nos frontières". De quoi lui faire dire "que nos enfants vivront moins bien que nous". L'ex député européen affiche également son pessimisme sur la situation politique française dans un contexte de "peur sociale".

"Quand vous êtes pris de vertige", "vous agissez avec vos instincts"

Sans citer la mort du jeune Thomas à Crépol lors d'une fête de village, l'écologiste fait référence à ce fait divers qui a cristallisé de nombreuses passes d'armes ces derniers jours entre le gouvernement et le Rassemblement national.

"Quand vous êtes autant pris de vertige par rapport à l'avenir, vous ne réfléchissez plus avec votre cerveau" (...), vous agissez avec vos instincts", a analysé Yannick Jadot.

Le sénateur voit derrière ces actes la main de l'extrême droite qui "agite toutes les peurs".

"L'autre est considéré comme une menace"

La tension est encore montée d'un cran ces derniers jours avec une expédition de jeunes d'ultradroite à Romans-sur-Isère samedi dans le quartier de La Monnaie d'où plusieurs jeunes mis en cause dans la mort de l'adolescent sont originaires.

Des affrontements ont eu lieu avec les forces d'ordre. Six personnes ont été condamnées à de la prison ferme lundi.

"On a peur et l'autre est considéré comme une menace", a encore regretté l'écologiste, appelant "à redonner une perspective collective" et "à revenir à l'essentiel".

Trois manifestations de cette mouvance ont eu lieu ce lundi à Lyon, Grenoble et Aix-en-Provence. D'autres sont prévus cette semaine à Lille et Bordeaux.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - ÉDITO - Jadot ou Rousseau ? "Deux mondes s'affrontent chez les écologistes"