Publicité

"Qu'il vienne à la maison": Marleix critique les propos de Macron sur la régulation des écrans chez les jeunes

Emmanuel Macron a multiplié les effets d'annonce lors de sa conférence de presse fleuve tenue ce mardi 16 janvier à l'Élysée. Il s'est notamment attardé sur la jeunesse. S'il a annoncé des mesures scolaires, comme l'introduction du théâtre au collège ou l'expérimentation du port de l'uniforme à l'école, il s'est également penché sur la consommation d'écran des enfants français qu'il juge excessive. Et qu'il souhaite réguler.

"L'irruption de nouvelles technologies bouleverse beaucoup nos repères", a-t-il déclaré.

Avant d'ajouter: "Sur la base de recommandations que feront des experts que j’ai réunis la semaine dernière, nous déterminerons le bon usage des écrans pour nos enfants dans les familles, à la maison comme en classe, parce qu’il en va de l’avenir de nos sociétés et de nos démocraties à l’école".

Ce à quoi a vivement réagi le chef des députés des Républicains, Olivier Marleix ce mercredi. "Il veut interdire les écrans aux enfants: bon courage, qu’il vienne à la maison, ça m’aiderait bien", a-t-il déclaré de manière sarcastique lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale.

"Il rentre dans notre lit maintenant"

Ce ne sont pas les seuls propos d'Emmanuel Macron que critique le patron des députés LR. Constatant une baisse du nombre de naissances de 6.6% en 2023 dans l'Hexagone selon les données de l'Insee, le président de la République a annoncé vouloir lancer un "plan pour l'infertilité".

Car selon lui, "la natalité baisse aussi parce que l'infertilité progresse". Il a ainsi évoqué un "grand plan de lutte contre ce fléau" pour permettre un "réarmement démographique", sans en dire plus sur ses modalités.

"Il rentre dans notre lit maintenant pour vérifier que nos pratiques permettent de faire des enfants", s'est insurgé Olivier Marleix.

Emmanuel Macron a également annoncé la création d'un "congé de naissance" de six mois pour les deux parents, qui remplacera le congé parental actuel.

Article original publié sur BFMTV.com