Publicité

Qui est Willy Schraen, patron des chasseurs et futur candidat aux européennes ?

Celui qui a fait préfacer son livre par Éric Dupont-Moretti veut présenter une liste pour la défense de la ruralité lors des élections européennes en juin 2024.

Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, envisage une liste de la ruralité aux élections européennes de 2024 (Photo by GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, envisage une liste de la ruralité aux élections européennes de 2024 (Photo by GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP) (AFP)

Soutien d'Emmanuel Macron, ami de Gérard Larcher et proche d'Éric Dupont-Moretti, chasseur lui aussi et qui a préfacé son livre, Willy Schraen devrait les rejoindre dans l'arène politique. Le patron de la puissante Fédération nationale des chasseurs va lancer une liste pour les européennes de 2024, comme il l'a confirmé à France Bleu Nord le 6 novembre.

Objectif de celui qui s'est fait connaître pour ses prises de paroles tranchées, le propulsant au statut de chroniqueur d'une émission de débat, défendre à Bruxelles "le monde rural et la vie quotidienne des Français", explique sur les ondes celui qui dénonce une écologie qui ressemble à l'inquisition". Un monde rural que Willy Schraen, qui annoncé son soutien à Emmanuel Macron dès le premier tour en 2022, connaît bien.

"À l’âge de cinq ans, je partais déjà à la chasse dès que je pouvais"

Né dans les Flandres en 1969 d’un couple d’instituteurs, il a toujours été passionné par la chasse, initié par son grand-père. "À l’âge de cinq ans, je partais déjà à la chasse dès que je pouvais", se rappelle-t-il auprès de 20 Minutes. Le week-end, il donne un coup de main à ses parents sur les marchés, qui y vendent des fleurs coupées. Un domaine dans lequel il fait sa trace, puisqu'il co-dirige une holding familiale qui regroupe plusieurs sociétés, notamment de vente de fleurs ou de promotion immobilière commerciale.

Il devient en 2010 président de la puissante fédération départementale de chasseurs du Pas-de-Calais, avant de prendre la tête de la fédération nationale en 2016, son seul brevet des collèges en poche.

En 2015, il conseille Xavier Bertrand

Mais dans son parcours de chasseur, la politique n'est jamais loin. À 18 ans, il devient conseiller municipal d'un village de quelques centaines d'habitants, Broxeele. Une fonction qu'il conserve même aujourd'hui, à une vingtaine de kilomètres de là, dans la commune où il reside, Bayenghem-les-Eperlecques.

En 2015, alors à la tête des chasseurs du Pas-de-Calais et ses 34 0000 adhérents, il aide Xavier Bertrand dans sa quête de la région en l'appuyant pour le voler rural de son programme. Un soutien qui pèse également au moment de battre Marine Le Pen dans les urnes, fort du vote des chasseurs de la région.

Aux portes du Sénat en 2017

Un projet qui lui ouvre les portes de la politique à l'échelle nationale : en 2017, il se voit proposer les sénatoriales, confirme Xavier Bertrand au Monde, "mais il a jugé qu'il serait plus utile pour le moment à la tête des chasseurs", poursuit le président LR des Hauts-de-France.

De quoi tisser des liens avec Gérard Larcher, passionné de chasse, et Xavier Bertrand, qui lui aurait ensuite promis un ministère en 2022 en cas d'élection. "Il pourrait faire un bon ministre car il regorge de bon sens" confie le président des Hauts-de-France au Monde à quelque mois de la présidentielle. Interrogé par La Dépêche, Willy Schraen se dit alors prêt à prendre la tête d'un ministère de la Ruralité et de l’agriculture.

Le lien fort entre Macron et les chasseurs

Mais Willy Schraen se reconnaît également dans la candidature d'Emmanuel Macron."On a toujours eu une écoute très attentive et permanente depuis quatre ans et demi, ce qui n’était pas arrivé depuis quarante ans", explique-t-il alors au JDD.

Car depuis son arrivée à l'Élysée en 2017, Emmanuel Macron cajole les chasseurs : soutien des chasses traditionnelles, prix du permis de chasse divisé par deux, pas d'interdiction de la chasse à courre, dérogations pour certaines espèces protégées, réduction du délai entre la publication de l'arrêté d'ouverture de la chasse et sa prise d'effet... au point que certaines associations de protection animales crient au cadeau du gouvernement pour les chasseurs. Sans oublier le bond des subventions : avant l'élection d'Emmanuel Macron; pas plus de 30 000 euros par an, contre 6 millions d’euros en 2020, et 46 millions d’euros en 2021, relève France Inter.

Le "pacte de Chambord" entre Macron et Schraen

Au point que Willy Schraen et Emmanuel Macron auraient signé une sorte de "Pacte de Chambord", au château du même nom en décembre 2017 lors d'un tableau de chasse. Selon Émilie Lanez, dans son livre Noël à Chambord (Grasset, 2019), Willy Schraen s’engageait à soutenir l’action du gouvernement, en appelant les chasseurs à voter pour Nathalie Loiseau (LREM) plutôt que François-Xavier Bellamy (LR) aux élections européennes. Un soutien en contrepartie de davantage d'écoutes et de soutien du président Macron envers les chasseurs.

Un pacte qui, selon Willy Schraen, a eu un impact lors du mouvement des gilets jaunes, un an plus tard. "Si j’avais pas stoppé tout de suite, ils étaient 500 000 sur les ronds-points et y aurait eu des gars armés", assure le président des chasseurs à Émilie Lanez.

"Cette liste peut nous aider à arriver devant le RN"

Une proximité renforcée par ses liens avec la famille de Brigitte Macron, avec laquelle Willy Schraen chasse le lièvre près d'Amiens. Des connexions telles que certains voient dans l'annonce d'une liste de la ruralité une opération commanditée par le pouvoir.

"Cette liste peut nous aider à arriver devant le RN", confie une ministre à France Info, tandis qu'un autre est plus inquiet : "J'ai peur qu'on crée un monstre, ça peut faire entre 7 et 10% aux européennes une liste comme ça !".

En 1999, une liste similaire avait récolté 6,77%

Du côté du RN, on crie à la "manipulation". On sait que cette liste, en fait, elle est poussée en sous-main par Emmanuel Macron, a assuré le vice-président du Rassemblement national Sébastien Chenu sur le plateau du Grand Jury (RTL-M6-Le Figaro). Ce qu’ils sont en train de faire, c’est de susciter des listes marginales, construites de toutes pièces, dans un bureau à l’Élysée, en se disant que si ça pouvait piquer 1 % à Jordan Bardella et l’empêcher de faire 30 %, on serait content. Ça ne marchera pas", a notamment affirmé le député du Nord. Des accusations balayées par Willy Schraen, "Je suis un mec libre, je ne suis l'homme de personne, je suis prêt à prendre des voix à tout le monde", assure-t-il.

En 1999, la liste Chasse, pêche, nature et traditions emmenée par Jean Saint-Josse lors des européennes avait récolté 6,77 % des suffrages. Avec 1,1 million de permis de chasse et plus de 4 millions de chasseurs revendiqués, Willy Schraen a un beau réservoir électoral potentiel derrière lui.

VIDÉO - Yann Arthus-Bertrand : "La façon dont on traite les animaux aujourd'hui est absolument insupportable"