"Le procès de la recherche": ce qu'a dit Didier Raoult devant l'Ordre des médecins

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Didier Raoult et son avocat Fabrice Di Vizio, le 5 novembre 2021 devant la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine - PHILIPPE LOPEZ / AFP
Didier Raoult et son avocat Fabrice Di Vizio, le 5 novembre 2021 devant la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine - PHILIPPE LOPEZ / AFP

876450610001_6280431666001

Visé par deux plaintes, Didier Raoult était entendu ce vendredi par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine, à Bordeaux. L'infectiologue, devenu figure controversée, est accusé d'avoir enfreint le code de déontologie médicale en promouvant le recours à l'hydroxychloroquine pour lutter contre le Covid-19, en dépit des recommandations sanitaires.

Une troisième plainte est aussi examinée, cette fois déposée par Didier Raoult, à l'encontre de Guillaume Gorincour, vice-président du Conseil départemental des médecins des Bouches-du-Rhône de l'Ordre des médecins, pour non-confraternité.

Audience dépaysée

L'audience a été dépaysée en Nouvelle-Aquitaine car l'Ordre des Bouches-du-Rhône, en raison d'un conflit d'intérêts, n'a pas souhaité traiter cette affaire.

Devant ses pairs, puisque la juridiction ordinale, bien que présidée par Pierre Larroumec, président à la Cour administrative d'appel de Bordeaux, est composée de huit médecins, Didier Raoult a déclaré être venu car il avait du "respect" pour l'institution. "On est en train de faire le procès de la recherche", a toutefois tancé le médecin marseillais.

"J'entends dire que je manque de modestie, peut-être que c'est vrai", a admis Didier Raoult. "Je suis le deuxième homme le plus cité de ce pays dans le domaine de la science", a-t-il ajouté.

"On a commencé à faire des milliers de PCR, et ce en premier, alors que le Conseil scientifique de l'époque ne souhaitait pas faire de tests à grande échelle", s'est défendu le directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU), soutenant que "le ministre (de la Santé) Véran (lui) disait 'Didier, il n'y a pas de variant'".

"Le message de l'Etat était dangereux", a également accusé Didier Raoult. "Trump a adopté l'hydroxychloroquine, c'est devenu un truc de mec d'extrême droite. Moi, je ne connais pas Trump, il fait ce qu'il veut", a argué l'homme de 69 ans, qui dit avoir "tout eu dans (sa) vie. (...) Même ça", a-t-il ajouté à l'égard de l'audience disciplinaire.

"Une tempête dans un verre d'eau", pour l'avocat de Raoult

L'avocat de Didier Raoult, Fabrice Di Vizio, a dénoncé face à la juridiction ordinale "une tempête dans un verre d'eau".

"Le professeur veut être jugé ici par les armes du droit, il n'est pas au-dessus ni au-dessous, et c'est bien le drame de cette affaire", a lancé le conseil. "Tout cela n'est qu'un problème de personne, quelle que soit la décision que vous allez prendre, elle sera mauvaise", a admonesté l'avocat.

"Emmanuel Macron appelle le professeur régulièrement. Il écoute mais il entend pas forcément", a affirmé Fabrice Di Vizio. "Ce qu'on lui reproche, c'est d'avoir jeté un pavé dans la mare, que nous avions un problème dans la gestion de cette crise", a-t-il incriminé.

876450610001_6280409910001

Une trentaine de manifestants étaient venus accueillir et soutenir Didier Raoult à son arrivée devant l'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles