Publicité

Poutine ordonne au FSB de "punir" les combattants russes pro-Ukraine, les qualifiant "d'ordures"

La Russie a revendiqué ce mardi 19 mars la prise d'un nouveau village dans l'est de l'Ukraine, nouvelle avancée face à une armée ukrainienne en manque d'hommes et de munitions du fait de l'essoufflement de l'aide occidentale.

Le président russe Vladimir Poutine, qui fraîchement réélu martèle l'unité des Russes derrière son assaut contre sa voisine, a lui ordonné à ses services de sécurité de "punir" les combattants anti-Kremlin qui multiplient depuis une semaine les attaques en territoire russe.

Ces offensives transfrontalières visaient notamment à perturber la présidentielle russe avant laquelle l'opposition au Kremlin a été éradiquée par la répression.

"Nous les punirons de manière imprescriptible"

Les unités militaires, qui se disent composées de Russes anti-Poutine, ont multiplié ces derniers jours les assauts terrestres et aériens, faisant 16 morts et près d'une centaine de blessés en une semaine dans la région de Belgorod, selon les autorités. Par sécurité, celles-ci ont annoncé ce mardi l'évacuation d'"environ 9.000" enfants.

Un représentant de ces combattants, répondant à l'alias Fortouna, a indiqué à la télévision ukrainienne que "l'un de (leurs) objectifs militaires est de forcer le transfert des troupes (russes) du front vers la frontière pour la défendre".

Face aux responsables du puissant FSB, les services russes de sécurité qui contrôlent également les frontières du pays, Vladimir Poutine a ordonné de "punir" ces assaillants, les qualifiant d'"ordures" et de "traîtres".

"Nous les punirons de manière imprescriptible, où qu'ils soient", a-t-il lâché.

Une armée russe qui conquiert du territoire

En Ukraine, l'armée russe avance lentement dans le Donbass (est). Les forces russes "ont libéré la localité d'Orlivka", a revendiqué le ministère de la Défense mardi, précisant avoir également "amélioré" ses positions dans la zone.

Celle-ci est située au nord-ouest de la ville d'Avdiïvka, conquise par Moscou en février, une victoire au prix de lourdes destructions mais qui a mis en évidence les difficultés de Kiev.

L'armée de Moscou, malgré des pertes importantes, conquiert ainsi peu à peu du territoire, en particulier dans la zone d'Avdiïvka et celle, plus au nord, de Tchassiv Iar, une ville clé où l'armée ukrainienne s'est repliée après la chute en mai 2023 de Bakhmout.

L'Ukraine, dont l'armée est sortie très affaiblie de sa contre-offensive ratée de l'été 2023, répète avoir un besoin urgent d'armes et de munitions face aux multiples assauts russes. Elle assure qu'avec assez d'obus, elle pourrait les contenir.

Mais la classe politique américaine se déchire depuis des mois quant au soutien à apporter à Kiev, les républicains de Donald Trump bloquant l'aide que le président démocrate Joe Biden cherche à faire approuver.

Lundi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait jugé d'"une importance critique" une décision "rapide" en faveur de cette enveloppe de 60 milliards de dollars.

Mardi, il a réclamé de nouveau des moyens de défense antiaérienne pour contrer les centaines de drones, missiles et bombes aériennes que la Russie largue chaque mois sur l'Ukraine, relevant que ces systèmes sont faits "pour sauver des vies, pas prendre la poussière dans un entrepôt".

Kiev en difficulté de recrutement

Les États-Unis ont tenté de rassurer, par la voix de leur secrétaire à la Défense Lloyd Austin, promettant mardi qu'ils "ne laisseront pas l'Ukraine échouer". Parallèlement, l'Europe a pris du retard dans ses propres livraisons, ses capacités industrielles restant limitées.

L'Ukraine est aussi confrontée au problème du recrutement de nouveaux soldats dans ce contexte militaire difficile. Le Kremlin est, au contraire, passé à une économie de guerre, en dédiant une grande part de son budget et de son industrie à la production militaire.

Moscou assure aussi que, tous les mois, des dizaines de milliers d'hommes signent des contrats pour rejoindre l'armée, lui permettant de regarnir ses rangs après ses lourdes pertes.

La Russie a par ailleurs présenté mardi un nouveau commandant de sa flotte, l'amiral Alexandre Moïsseïev, après avoir subi de multiples attaques de drones maritimes et de missiles ukrainiens qui ont coulé ou endommagé plusieurs de ses navires en mer Noire.

Article original publié sur BFMTV.com