Publicité

Pays-Bas, Pologne et Autriche... qui sera l'adversaire le plus difficile pour les Bleus à l'Euro 2024?

Après une trêve internationale compliquée, l'équipe de France connait tous ses adversaires pour l'Euro, dans la poule D (Pays-Bas, Pologne et Autriche). Un groupe plutôt abordable pour Didier Deschamps et les Bleus. Aucune des trois équipes affichent les certitudes suffisantes pour déstabiliser les vice-champions du monde, mais attention à la surprise autrichienne.

Le danger: les Pays-Bas

Situés dans le groupe B lors des qualifications pour l'Euro 2024, les Pays-Bas ont terminé à la seconde place (18 points) derrière... la France (22 points) qui les a battus par deux fois (4-0 ; 2-1). Sur ce point, les Bleus ont pris un sérieux avantage sur leur futur adversaire.

Depuis plusieurs années, les Hollandais connaissent beaucoup d'instabilité au sein de la sélection. Depuis 2020, quatre sélectionneurs se sont succédé : Dwight Lodeweges (2020), Frank de Boer (2020-2021), Louis van Gaal (2021-2022) et Ronald Koeman de retour depuis 2023. Les Néerlandais espèrent retrouver de l'allant avec l'ancien entraîneur du FC Barcelone.

Malgré ses remous, les Pays-Bas restent, de par son histoire, la nation la plus dangereuse du Groupe D pour la France. Avec des stars européennes comme Memphis Depay, Frenkie De Jong ou encore Virgil Van Dijk, ils sont un concurrent majeur dans la course à la première place.

Le joueur à suivre: Memphis Depay

Il est le problème et la solution des champions d'Europe 1988. Auteur de 44 buts en 88 sélections, Memphis Depay mène l'attaque des Pays-Bas. Il ne se trouve plus qu'à six unités de Robin Van Persie (50 buts en 102 sélections), meilleur buteur de l'histoire de la sélection. Mais, le joueur de l'Atletico Madrid fait polémique dans son pays à cause de son soutien indéfectible envers son compatriote Quincy Promes, en fuite et condamné pour trafic de drogue.

Dans une interview au média néerlandais NOS Nieuws, l'attaquant continue de défendre publiquement ses amis mis en cause par la justice : "Il s'agit de Promes. Je suis également ami avec Benjamin Mendy et Dani Alves. Ils ont aussi été impliqués dans des affaires criminelles. Mais cela ne signifie pas qu'ils cessent d'être mes amis. Vous ne connaissez pas le Quincy Promes que je connais." Des déclarations qui font un tollé chez les Bataves et qui remettent en question son avenir avec la sélection.

Le moins en confiance: la Pologne

Ils sont maintenant des habitués de l'Euro. En Allemagne, les Polonais vont enchaîner leur cinquième participation consécutive, après avoir éliminé en barrages l'Estonie (5-1) et le Pays-de-Galles (0-0 ; tab 4-5). Malgré cette performance, la Pologne est l'équipe la plus faible sur le papier dans la poule D.

Un statut facile à expliquer. Après une phase de qualification très compliquée, la Pologne a terminé son parcours troisième du groupe E, derrière des équipes plutôt abordables : l'Albanie et la République Tchèque.

De plus, le dernier duel entre Français et Polonais s'est soldé par une victoire facile des Bleus (3-1, Coupe du monde 2022). Dès lors, il est difficile d'imaginer les hommes de Michal Probierz poser de réels problèmes à l'équipe de Didier Deschamps.

Le joueur phare: Robert Lewandowski

Le numéro 9 du FC Barcelone est la légende du football en Pologne. Meilleur buteur de l'histoire du pays (81 réalisations), il fait changer de dimension sa sélection. Mais le joueur de 35 ans vit actuellement une période délicate puisqu'il n'est pas parvenu à être décisif pendant les barrages de qualifications. Son sélectionneur Michal Probierz garde entière confiance en sa star : "Il n'y a que très peu de joueurs comme lui qui peuvent se sacrifier pour l'équipe comme il le fait. J'en suis très satisfait." Pour espérer bousculer la hiérarchie, il faudra un très bon Robert Lewandowski à l'Euro.

L'outsider: l'Autriche

Peut-être le principal danger des Bleus finalement... L'Autriche fait office de véritable outsider dans le groupe D. Avec une seule défaite lors de ses quatorze dernières rencontres, les "Garçons" montent en puissance. Une série surprenante à laquelle s'ajoute une trêve internationale parfaite: Avec le but le plus rapide de l'histoire face à la Slovaquie (2-0) et une performance écrasante face à la Turquie (6-1).

Cet avènement assez soudain s'explique en partie par son sélectionneur Ralf Rangnick (depuis 2022), connu comme le mentor de Jurgen Klopp et inventeur du gegenpressing. Un style de jeu transmis à l'équipe autrichienne qui prend des risques, en jouant haut sur le terrain et en étouffant ses adversaires par son pressing. Une stratégie avantageuse face à de nombreuses nations, mais face à la France et la vitesse de Kylian Mbappé en contre-attaque cela pourrait être fatal.

Le joueur dangereux: Marcel Sabitzer

L'Autriche bénéficie d'une génération dorée à l'image de son milieu de terrain, mené par l'expérimenté Marcel Sabitzer (30 ans ; 78 sélections). Le joueur du Borussia Dortmund est la plaque tournante du jeu autrichien. Dans l'entre jeu, il est accompagné de Christoph Baumgartner (24 ans, RB Leipzig) et Konrad Laimer (26 ans, Bayern Munich). Un trio redoutable qui pourrait permettre à l'Autriche de créer la surprise à l'Euro face à la France.

Article original publié sur RMC Sport