Les outrages sexistes enregistrés par la police en forte hausse en 2021

French Police Nationale officers control people on the
VALERY HACHE / AFP French Police Nationale officers control people on the "Promenade des Anglais" in the French Riviera city of Nice, on March 18, 2020, a day after a strict lockdown came into effect in France to stop the spread of the COVID-19, caused by the novel coronavirus. - A strict lockdown requiring most people in France to remain at home came into effect at midday on March 17, 2020, prohibiting all but essential outings in a bid to curb the coronavirus spread. The government has said tens of thousands of police will be patrolling streets and issuing fines of 38 to 135 euros ($42-$150) for people without a written declaration justifying their reasons for being out. (Photo by VALERY HACHE / AFP)

VALERY HACHE / AFP

Le nombre d’outrages sexistes enregistré par les forces de l’ordre est en forte hausse en 2021.

SEXISME - Le nombre d’outrages sexistes enregistrés les forces de l’ordre a fortement augmenté en une année. En 2021, 2300 infractions ont été relevées contre 1400 en 2020, d’après le ministère de l’Intérieur qui a publié un communiqué ce jeudi 28 juillet.

Les victimes, pour les infractions enregistrées par la police nationale, sont majoritairement des femmes - à 91% selon le service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI). Près de deux tiers d’entre elles ont moins de 30 ans. Les hommes sont, en revanche, plutôt représentés dans les victimes visées en raison de leur orientation sexuelle (48%).

Selon le ministère, « les auteurs sont quasi exclusivement des hommes, majeurs pour la plupart. » Les régions les plus touchées par ce type d’infraction sont l’Île-de-France et le Centre-Val-de-Loire.

Quelle peine ?

L’infraction spécifique d’outrage sexiste est encadrée par la loi promulguée le 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Elle consiste à « imposer à une personne tout propos ou comportement à connotation sexuelle ou sexiste qui soit porte atteinte à sa dignité en raison de son caractère dégradant ou humiliant, soit crée à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. »

L’outrage sexiste est puni d’une contravention de 4e classe, ou de 5e classe lorsqu’il est commis avec des circonstances aggravantes. Dans la plupart des cas, les contraventions sont de niveau 4 - 70% en 2020 et 75% en 2021.

À voir également sur le HuffPost : Didier Lallement, des gilets jaunes au Stade de France, un préfet de police polémique

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles