Publicité

Ottis Toole, le cannibale de Jacksonville

A 5 ans, le jeune Ottis Toole connaît par cœur le cimetière de Jacksonville (Floride). Il s’y rend chaque semaine avec sa mamie. Ils n’y déposent pas de fleurs pour les défunts, ni ne prient pour le repos de leur âme. La nuit, ils s’y introduisent pour profaner les tombes fraîches et déterrer les cadavres ! Ottis passe ensuite des heures à aider sa sataniste de grand-mère à les démembrer en préparation à ses rituels déments…

A 7 ans, il boit autant que son père, pour oublier les abus sexuels qu’il lui fait subir. A 9 ans, son beau-père, également incestueux, lui fait découvrir la drogue. Il emprunte des vêtements à sa sœur aînée, qui l’oblige à se prostituer. Il commet son premier meurtre à 14 ans, en écrasant un voyageur de commerce ayant tenté de l’agresser. Livré à lui-même, il vit de vols et fait plusieurs séjours en prison. Pendant les dix années suivantes, il vagabonde du Colorado au Nebraska. Son chemin est parsemé de disparitions et de crimes qui restent irrésolus pour la police.

En 1976, il a 29 ans lorsqu’il rencontre dans une soupe populaire de Jacksonville le grand amour de sa vie, Henry Lee Lucas: un paumé qui a peu ou prou le même profil que lui et qui vient d’être libéré après avoir purgé une condamnation pour matricide… Pendant cinq ans, ce couple de sadiques sème la mort sur son passage, insaisissable car couvrant des milliers de kilomètres à travers de nombreux Etats. Ils braquent des épiceries, des stations-services et des petits commerces divers. Avant de rafler (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le mystérieux cheval blanc d'Uffington visible uniquement du ciel
Ce que le Moyen Âge a inspiré aux super-héros
Les rapports troubles de Walt Disney avec les nazis
Où se trouve le centre du monde ?
Doggerland, le territoire englouti sous la mer du Nord