Les Ombres de Lisieux (France 3) - Marie-Anne Chazel : "Je m’ennuie moins avec les jeunes qu’avec les vieux acteurs"

·1 min de lecture

Pour une fille de pasteur, comme vous, quel effet cela fait-il de jouer une carmélite ?

Marie-Anne Chazel : J’y ai surtout vu l’occasion de jouer une religieuse, ce qui ne m’était encore jamais arrivé, dans un film noir à l’univers étrange. Et puis, c’est extrêmement moins fatigant que les comédies. J’ai un jeu complètement minimaliste, très dépouillé… J’ai été très aidée par la tenue, avec cette chasuble, ces chaussettes en laine et ces sandales qui ne tiennent pas chaud l’hiver. Quand on se retrouve dans ce dénuement, on a le regard qui change. Chrétien ou pas, croyant ou non, il y a beaucoup de respect à avoir pour les personnes qui font ce choix.

À ce propos, êtes-vous croyante ?

J’ai une forme de foi. Je pense que la dimension spirituelle des êtres humains existe. Elle n’est peut-être pas partagée par tous, mais j’ai le ressenti de quelque chose de plus grand, de plus vaste, que certaines personnes servent de vecteurs entre les hommes et quelque chose de supérieur.

Avez-vous eu l’occasion de dialoguer avec des carmélites ?

Non, car nous n’avons pas pu filmer dans le carmel de Lisieux, toujours habité. Mais je me suis beaucoup renseignée sur elles, en allant sur Internet. Et puis, le metteur en scène a découvert la très belle abbaye Saint-Nicolas, de Verneuil-sur-Avre (27), pour tourner. Cet ancien carmel, fermé depuis dix ans, est resté en l’état. Ça m’a vraiment permis de m’imprégner de cet univers. Je sera... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles