Publicité

OM-PSG: Luis Enrique peut-il vraiment se permettre de faire tourner?

Rendez-vous très attendu de la saison, le choc entre l’OM et le PSG a parfois perdu de sa valeur pour certains supporteurs des deux équipes. D’un côté, les Marseillais peuvent être lassés de l’écart sportif entre les deux rivaux. De l’autre côté, les Parisiens peuvent être blasés par le championnat et concentrés sur la Ligue des champions et le quart de finale à venir contre Barcelone.

Mais ce dimanche au Vélodrome c’est bien un Classique à enjeux qui verra s’affronter les Phocéens de Jean-Louis Gasset et les Franciliens de Luis Enrique. Et pourtant, le technicien espagnol pourrait envisager de laisser au repos certains joueurs pour ce choc de la 27e journée de Ligue 1. Pas forcément la bonne stratégie.

>> Toutes les infos avant OM-PSG

Au niveau comptable, c’est plutôt oui

A huit matchs de la fin du championnat, soit un maximum de 24 points en cas de sans-faute, le PSG est solidement installé en tête du classement. Leader avec 12 longueurs d’avance sur Brest, son premier poursuivant, le club francilien dispose d’une belle marge dans la course au titre. Pas dans l’urgence de points, Luis Enrique pourrait donc mathématiquement faire tourner contre l’OM sans trop (en principe) mettre en danger les chances de titre du PSG en L1.

"A moins d’un cataclysme, ils seront encore champions", a résumé jeudi Daniel Riolo dans l’After Foot sur RMC. En clair, sur l’aspect purement statistique, le PSG dispose encore de jokers au classement et peut se permettre de perdre des points au Vélodrome sans risquer de perdre des cadres pour ses prochains rendez-vous.

Pour la gestion de Mbappé, c’est non

Libre en juin prochain, Kylian Mbappé a annoncé son départ du PSG à sa direction et à ses coéquipiers. Depuis, Luis Enrique a parfois pris la décision de laisser le meilleur buteur de Ligue 1 sur le banc comme n’importe quel autre joueur. Pour déminer la situation et éviter qu’elle ne s’envenime sur la fin de saison, l’attaquant de 25 ans et son entraîneur ont échangé lors d’une réunion en privé début mars. Comme expliqué par RMC Sport, le technicien a laissé entendre à son joueur qu’il l’alignerait lors des gros matchs.

Si cela s’est déjà confirmé en Ligue des champions face à la Real Sociedad, on peut aussi logiquement imaginer que cela sera encore le cas ce dimanche face à l’OM. Sauf surprise, il parait difficilement envisageable de voir Luis Enrique se passer de Kylian Mbappé pour ce qui devrait constituer le dernier Classique du Français avant un bon moment (voire, tout simplement, le dernier de sa carrière).

De la même manière, compte-tenu des prochaines échéances du PSG et en Ligue des champions, écarter le capitaine de l’équipe de France du choc contre Marseille ne semble pas le moyen idéal pour préparer la demi-finale de Coupe de France contre Rennes et la double confrontation européenne face au Barça.

>> Tous les matchs du PSG en Ligue des champions, c’est sur RMC Sport

Pour le symbole, c’est clairement non

Galvaudé pour les uns, toujours aussi important pour les autres, le Classique reste un match à part de la Ligue 1. Du côté du PSG, Luis Enrique ne surtout pas faire tourner s’il veut s’offrir un maximum de chances de ne pas perdre ce match contre l’OM au Vélodrome.

En cas de défaite francilienne, l’entraîneur deviendrait ainsi le deuxième coach de l’ère QSI à s’incliner dans l’enceinte phocéenne en championnat. Le précédent, Antoine Kombouaré, avait payé très cher la claque reçue à Marseille (3-0) en novembre 2011 pour la première saison du PSG version Qatar. 25 jours plus tard, l’entraîneur kanak avait été démis de ses fonctions. Sans en arriver là, une défaite face au rival ferait tache pour Luis Enrique.

"Je pense que le match contre l’OM c’est de l’histoire, c’est très important pour les Marseillais et c’est important pour les Parisiens", a analysé Daniel Riolo ce jeudi sur RMC. "Pour ce qui est de la rivalité et de l’importance que ça doit avoir de gagner ce match pour Marseillais et Parisiens, quand on adore ce match-là, il ne faut pas cracher sur l’Histoire. Le match au Vélodrome est toujours très important."

Article original publié sur RMC Sport