Océan, Artémis I et vampire : l'actu des sciences en ultrabrèves

Pixabay

Au sommaire des ultrabrèves du 5 septembre 2022 : la nécessaire protection des océans, le lancement de SLS pour la Lune possiblement reporté à la mi-octobre et une nouvelle tombe de "vampire" découverte dans un cimetière médiéval en Pologne.

L’actualité scientifique du 5 septembre 2022 c’est :

En Mers et Océans : .

  • Michel Peltier est délégué "mer" de l’office français de la biodiversité et travaille sur la biodiversité marine. Il sera l'un des invités du festival "Grand océan".

  • "Il faut savoir que la mer est un milieu très stable : la moindre modification a un très fort impact sur la biodiversité marine", alerte le spécialiste dans un entretien avec Sciences et Avenir.

  • "L'objectif pour 2030 est d'atteindre 10% de zone de protection forte" dans la Zone Economique Exclusive française, explique-t-il, dans un appel à protéger l'écosystème marin et océanique.

En Exploration : .

  • Après les reports du 29 août et du 3 septembre 2022, la Nasa n'a pas communiqué la date de la prochaine tentative de lancement de SLS.

  • "Nous ne lançons pas avant que tout soit conforme", a explicité l'administrateur de l'Agence spatiale américaine Bill Nelson.

  • Qui décollera la première, entre la SLS, la Starship de la société SpaceX, le New Glenn de la société Blue Origin et Vulcan, le lanceur développé par United Launch Alliance ? Les prochaines semaines nous apporteront la réponse de cette compétition pour l'espace.

En Archéologie : .

  • Déterré dans un cimetière du 17e siècle, le squelette d'une femme entravé par une faucille au niveau du cou et un cadenas fixé au pied laisse penser aux archéologues que la défunte était considérée de son vivant comme un "démon" ou un "vampire".

  • En 2014, six tombes reprenant cet étrange rituel avaient été mises au jour dans un cimetière du Haut Moyen Age à Drawsko.

  • Ça et là en Europe, certains défunts présentaient d’énormes pierres sur leur poitrine ou sur leur tête pour les empêcher de bouger, quand des briques n’étaient pas directement placées dans leur bouche.

En Jeux Vidéo : .

  • Une étude d’envergure s’est appuyée sur les données réelles de jeu de plus de 38.000 joueurs en ligne.

  • Leur conclusion ? "Le temps passé à jouer à des jeux vidéo a un impact limité, et le bien-être a peu sinon aucun[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr