Un nouveau revers pour Donald Trump à la veille de sa « très grande annonce »

(FILES) In this file photo taken on November 08, 2022 Former US President Donald Trump speaks to the media while departing a polling station after voting in the US midterm elections at Morton and Barbara Mandel Recreation Center in Palm Beach, Florida. - Former President Donald Trump filed a lawsuit on November 11, 2022 challenging a subpoena from the House committee investigating the 2021 attack on the US Capitol, saying he has
EVA MARIE UZCATEGUI / AFP (FILES) In this file photo taken on November 08, 2022 Former US President Donald Trump speaks to the media while departing a polling station after voting in the US midterm elections at Morton and Barbara Mandel Recreation Center in Palm Beach, Florida. - Former President Donald Trump filed a lawsuit on November 11, 2022 challenging a subpoena from the House committee investigating the 2021 attack on the US Capitol, saying he has "absolute immunity" and will not testify next week. (Photo by Eva Marie UZCATEGUI / AFP)

Kari Lake, une protégée de l’ancien président républicain, a échoué à décrocher le siège de gouverneure de l’Arizona.

ÉTATS-UNIS - Une candidate républicaine soutenue par Donald Trump, Kari Lake, a échoué ce lundi 14 novembre à s’emparer du siège de gouverneure de l’Arizona, selon des médias, un nouveau revers pour l’ex-président, qui doit annoncer sa candidature à la présidentielle de 2024 ce mardi 15 novembre.

Au terme d’une course serrée dans cet État clé, la démocrate Katie Hobbs l’a emporté face à cette figure emblématique du trumpisme, d’après les chaînes CNN et NBC.

Kari Lake, convaincue que l’élection présidentielle de 2020 a été volée à Donald Trump - malgré l’absence de preuves - avait refusé d’indiquer clairement qu’elle accepterait le résultat de son propre scrutin.

« Les responsables électoraux ne devraient-ils pas être impartiaux ? Ceux qui dirigent l’élection se sont donné pour mission de vaincre les républicains d’Amérique arrivés premiers. Incroyable », a-t-elle tweeté après le résultat final du vote.

« Trump en jupon »

Cette femme de 53 ans, qui revendique le sobriquet de « Trump en jupon » dont la gauche l’a affublée, a été l’une des personnalités marquantes de cette campagne. Elle était vue comme l’un des lieutenants du républicain pendant les élections de mi-mandat, dont les scrutins ont eu lieu mardi dernier.

Donald Trump s’était personnellement impliqué dans ces votes, adoubant des candidats qui lui jurent une loyauté absolue.

Mais nombre de ses poulains ont déçu, fragilisant sa position au sein du parti républicain. D’autant qu’il doit faire face à la concurrence de Ron DeSantis, gouverneur de Floride réélu de façon triomphale, à qui l’on prête des ambitions présidentielles.

Donald Trump, qui a promis une « très grande annonce » pour ce mardi, devrait, selon toute vraisemblance, officialiser sa candidature à l’élection présidentielle de 2024.

VIDÉO - Midterms 2022 : Qui est Ron Desantis, le principal rival de Donald Trump pour la Maison Blanche en 2024 ?

À voir également sur Le HuffPost :

 

Lire aussi

undefined

Midterms : Ron DeSantis, le Républicain qui menace Donald Trump pour 2024

undefinedundefined

Washington : Six pays ont dépensé 750 000 dollars au Trump Hotel pendant le mandat de Trump

undefined