Nicolas Gob (Le Meilleur d’entre nous) : "En France, on a tendance à mettre les comédiens dans des cases"

© Christophe Lartige - FTV - Quad Drama - TS Productions

Comment avez-vous appréhendé votre personnage, l’énigmatique Achille Salvi ?

Nicolas Gob : J’ai fait un parallèle entre lui et le rythme qu’impose ce village, perdu en pleine montagne. Il y a quelque chose de l’ordre de la contemplation, qui résonne avec cette nature calme. Son côté intrigant vient aussi de son mutisme, qui contraste avec l’énergie de la capitaine Sissako (Mariama Gueye). Mais, au fil de l’histoire, il va se dévoiler.

Vous jouez de nouveau un flic. Devez-vous, à chaque fois, oublier le métier de vos personnages pour leur donner un profil singulier ?

J’y suis bien obligé. En France, on a tendance à mettre les comédiens dans des cases. C’est mon cas, alors que je rêverais de jouer d’autres choses. Antoine Verlay, que j’incarne dans L’Art du crime depuis 2017, m’a un peu plus enfermé dans ce registre. Il me faut donc toujours chercher l’insolite, l’aspérité dans le background des personnages, plus que dans le fait qu’ils soient flics.

À lire également

Le Meilleur d’entre nous (France 3) : De qu...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi