"Never covider" : à la recherche de ceux qui n'ont jamais eu le Covid-19

PIXABAY

En trois ans de pandémie, ils n'ont jamais eu le Covid-19. Qui sont ces "never covider", qui ont réussi à passer à travers les mailles du filet ? Des scientifiques se mettent à leur recherche.

On les appelle les "never covider", ceux qui n'ont jamais eu le Covid-19, en tout cas jusqu'à preuve du contraire. Personnel de santé au contact de malades tout au long de la pandémie, simples citoyens dont le test PCR n'est jamais devenu positif malgré la présence d'un conjoint ou d'un membre de la famille malade dans le foyer... Ils sont quelques-uns à sembler résister au Covid-19, malgré une présence accrue du virus du SARS-CoV-2 autour d'eux. Plusieurs équipes à travers le monde ont lancé des projets de recherche pour essayer de comprendre si ces personnes n'ont vraiment jamais attrapé le virus.

Une tâche quasi herculéenne, compte tenu des difficultés pour prouver qu'un volontaire a bien été exposé au virus, au contact de personnes malades qui disséminaient leurs germes. En parallèle, la personne doit pouvoir prouver qu'elle s'est fait tester plusieurs fois et que les résultats ont toujours été négatifs. Nouvel obstacle sur ce parcours : l'arrivée de la vaccination, qui brouille totalement les pistes. En effet, une fois exposé au virus grâce au vaccin, les patients vaccinés produisent des anticorps spécifiques contre le Covid-19, ce qui se confond complètement avec leur potentielle immunité initiale.

Le génome à la loupe

C'est pourtant la tâche à laquelle le Pr Jean-Laurent Casanova a décidé de se mesurer. Le généticien, à la tête de l'Institut Imagine en France et du Covid Human Genetic Effort, un groupe de recherche à la Rockefeller University de New York, a lancé une vaste campagne de recrutement via une quarantaine de centres à travers le monde. "Nous recherchons des personnes exposées au Covid-19 en 2020, voire début 2021, avant qu'elles ne soient vaccinées", explique-t-il à Sciences et Avenir. "Nous avons reçu plus de 10.000 réponses du monde entier. 5.000 nous ont renvoyées un questionnaire correctement rempli. Entre 1.000 et 2.000 ont été retenues et ont reçu par la poste un kit de prélèvement de salive." L'échantillon, renvoyé au laboratoire du Pr Casan[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi