"Ce n'est pas juste" : la colère de deux victimes de viols face à la peine clémente pour leur agresseur, ressorti libre

Karine, victime de viol par un chauffeur de taxi - BFMTV
Karine, victime de viol par un chauffeur de taxi - BFMTV

Après l'appel à l'aide lancé par Karine sur les réseaux sociaux, le parquet a décidé de faire appel concernant la condamnation à deux ans de prison ferme de Bamdad A., jugé pour viols et agression sexuelle.

Ce mercredi, Bamdad A., chauffeur de taxi, est ressorti libre de la cour d'Assises d'Evry-Courcouronnes. Jugé pour une agression sexuelle et deux viols commis en 2016, cet homme a été déclaré coupable et a été condamné à six ans de prison, dont deux ferme.

Mais Karine, 25 ans, l'une de ses trois victimes, n'a pas supporté cette décision. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, et devenue virale après le relais d'une journaliste du Figaro, elle dénonce l'absence d'emprisonnement.

Le parquet fait appel

Le parquet avait requis douze ans d'emprisonnement, assortis de sept ans de suivi socio-judiciaire. Un écart important qui justifie, selon les informations de BFMTV, la décision du parquet de faire appel ce jeudi de la condamnation.

Le tribunal a prononcé une peine de six ans de prison dont deux ferme en raison du "gage d’insertion, par le respect depuis plusieurs années de l’obligation de soins et par l’existence d’une situation familiale et professionnelle stabilisée". Un verdict qui a sidéré Samantha, une autre de ses victimes.

"J'ai été obligée de sortir de la salle. J'ai fait une grosse crise d'angoisse, je n'arrivais plus à respirer. C'est encore une fois lui dire 'Bon, ce que vous faites, ce n'est pas grave' et lui donner encore une chance de recommencer", déplore-t-elle.

La polémique autour de l'énoncé de la peine, qui a provoqué l'indignation de plusieurs élus d'extrême droite dont Nicolas Dupont-Aignan ou Gilbert Collard, a poussé le parquet à faire appel.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "31% des viols ont lieu dans le contexte conjugal et ce chiffre est sans doute sous-évalué" : Jean-Claude Kaufmann explore les zones grises de nos intimités

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles