Publicité

"Ce n'est pas à charge": Fabcaro explique le choix du méchant du prochain "Astérix" inspiré de BHL

On en sait un peu plus sur Vicévertus, le méchant du prochain album d'Astérix. Fabcaro, auteur de ce quarantième volume intitulé L'Iris blanc, s'est confié à BFMTV sur ce personnage, inspiré physiquement de Bernard Henri-Lévy et de Dominique de Villepin.

Vicévertus est le médecin de Jules César, chargé de remonter le moral des Romains postés autour du village des Gaulois. Pour cela, il s'en remet à une école de pensée venue de Rome, L'Iris blanc: une méthode de coaching révolutionnaire qui prône la bienveillance, l'épanouissement personnel, le régime végétarien et la méditation.

"C'est un type assez double", décrit Fabcaro. "Il est dans la séduction, la manipulation. C'est une méchanceté un petit peu trouble, qu'on ne voit pas de prime abord."

L'inspiration derrière ce personnage est "arrivée très vite": "J'ai commencé à tourner autour des thématiques très à la mode, la pensée positive, le développement personnel, et j'avais envie de m'amuser avec ça", explique-t-il à notre antenne.

"Mais ce n'est pas à charge, ce n'est pas un truc contre cette pensée", insiste-t-il. "Qu'est-ce que quelqu'un d'un peu mal intentionné, avec une certaine prestance, du charisme et de l'influence, peut provoquer autour de lui?".

"J'ai grandi avec Astérix"

Comme pour les cinq derniers albums, c'est Didier Conrad qui s'est chargé des dessins. Mais c'est la première fois que Fabcaro (Zaï Zaï Zaï Zaï) s'attelle au scénario d'un volume d'Astérix. Celui dont les œuvres sont connues pour leur sens de l'absurde et leur humour grinçant y a pris beaucoup de plaisir:

"J'ai grandi avec Astérix, que j'ai lu et relu toute ma vie, alors je n'ai pas eu besoin de me replonger, de relire. Ça fait partie de mon éducation. Paradoxalement, comme le cahier des charges est très précis, c'est assez facile: on a un périmètre, l'idée c'est de s'amuser dans ce périmètre, et je trouve ça assez confortable."

Le dessinateur Didier Conrad, fidèle au poste depuis Astérix chez les Pictres en 2013, reprend du service pour L'Iris blanc. Ce quarantième album sera disponible le 26 octobre.

Albert Uderzo, qui a repris seul la série des Astérix à la mort de Goscinny, en 1977, a passé la main à Didier Conrad et Jean-Yves Ferri en 2013, tout en continuant à superviser leur travail. Le dessinateur s'est éteint en 2020. L'Iris blanc est le deuxième Astérix publié depuis sa mort.

Article original publié sur BFMTV.com