"Ne me parlez pas sur ce ton !" : Raquel Garrido recadre son débatteur sur RMC

Elle n'a pas accepté le ton employé. Ce matin, dans "Les grandes gueules" présenté par Olivier Truchot sur RMC et RMC Story, Raquel Garrido, députée de la France insoumise, était invitée pour débattre sur le rôle de la Nupes au sein de l'Assemblée nationale et son opposition à certaines réformes du gouvernement concernant le pouvoir d'achat. Au cours de l'échange, la parlementaire s'est accrochée avec Stéphane Manigold, un restaurateur et chef d'entreprise.

"C'est scandaleux !"

"Nous sommes pour augmenter les salaires et pour que le salaire paye. L'une des grandes discussions que nous avons eue avec le gouvernement ces jours-ci, était de savoir si l'augmentation du pouvoir d'achat devait passer par des primes d'intéressement - des solutions au lance-pierre et précaires qui ne concernent pas tout le monde - ou par l'augmentation des salaires", a lancé Raquel Garrido. Et d'être coupée par Stéphane Manigold : "Les entreprises vivent la même précarité. Vous nous garantissez demain l'augmentation du chiffre d'affaires ? Une entreprise, vous savez, je vais peut-être vous l'apprendre...".

Une phrase qui a fait sortir de ses gonds l'ex-chroniqueuse de "Balance ton post !" : "Ne me parlez pas sur ce ton, Manigold ! Je connais l'entreprise comme vous ! D'accord ? Donc, ce coup-là... Vous ne m'apprenez rien ! Vous ne m'apprenez rien !". "A un moment, une entreprise, pour qu'elle puisse redistribuer, faut qu'elle rentre du...

Lire la suite


À lire aussi

Laurence Ferrari recadre Brune Poirson : "Vous n'allez pas faire le coup de la femme qui ne peut pas parler"
"Viens parler !" : Jean-Jacques Bourdin apostrophe Alexandre Benalla sur RMC
Jeannette Bougrab pose un lapin à Bourdin : "On n'entendra plus jamais parler d'elle sur RMC"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles