De la mort d'Elizabeth II aux derniers hommages, les images fortes de ces 10 jours de deuil

Un portrait de la rein Elizabeth II en une d'Edinburgh News deux jours après sa mort, à Édimbourg, le 11 septembre 2022 - Louisa GOULIAMAKI / AFP
Un portrait de la rein Elizabeth II en une d'Edinburgh News deux jours après sa mort, à Édimbourg, le 11 septembre 2022 - Louisa GOULIAMAKI / AFP

Hommages populaires et royaux se sont multipliés au Royaume-Uni toute la semaine, pour saluer le règne de la reine Elizabeth II, disparue le 8 septembre à l'âge de 96 ans. Revivez les temps forts de ces dix derniers jours marqués par l'émotion des Britanniques, les premiers pas du roi Charles III et les commémorations officielles.

• Jeudi 8 septembre: la mort de la reine est annoncée

Après une après-midi d'incertitude sur l'état de santé de la reine, sa mort est annoncée à 19h30 (heure française). L'opération London bridge, qui règle chaque détail du protocole après la mort de la souveraine, est lancée.

"La reine est morte paisiblement à Balmoral cet après-midi. Le roi et la reine consort" resteront à Balmoral ce soir et reviendront à Londres demain", évoque le communiqué publié sur Twitter à 19h30 sur le compte Twitter officiel de la famille royale.

Un message qui intronise par la même occasion, Charles, qui devient Charles III, et Camilla, reine consort. "Le décès de ma mère bien-aimée, Sa Majesté la Reine, est un moment de très grande tristesse pour moi et tous les membres de ma famille", publie le nouveau roi. La foule scande "Longue vie au roi", devant Buckingham.

• Vendredi 9 septembre: le premier discours du roi Charles III

Depuis le palais de Buckingham, Charles III s'adresse aux Britanniques, pour la première fois en tant que roi, dans une allocution télévisée. Il leur promet "un dévouement inébranlable", et s'engage, comme la reine en 1952, "tout au long du temps restant que Dieu m'accorde, à défendre les principes constitutionnels qui sont au cœur de notre nation".

Il annonce également que William et Kate, deviennent prince et princesse de Galles, et exprime son "amour" à Harry et Meghan "alors qu'ils continuent de construire leur vie à l'étranger".

Il a enfin un mot pour Camilla, son épouse depuis 2005, mais le grand amour de sa vie depuis les années 1970: "Je sais qu'elle saura répondre aux exigences de son nouveau rôle avec le dévouement inébranlable sur lequel je compte tant."

• Samedi 10 septembre: Charles est proclamé roi

Charles est officiellement proclamé roi, lors de la réunion du Conseil d'accession à Londres. La cérémonie se tient au palais de Saint-James en présence de la nouvelle reine consort Camilla, du nouvel héritier du trône William, de la Première ministre Liz Truss et de plusieurs de ses prédécesseurs.

Mais l'image forte du jour, c'est surtout l'apparition de William, Kate, Harry et Meghan, ensemble, à Windsor, venus saluer la foule et montrer les signes d'une réconciliation. C'est la première fois que les fils du roi Charles III et leurs épouses, réputés en froid, étaient vus ensemble depuis mars 2020. L'image fait la une de la presse britannique le lendemain.

• Dimanche 11 septembre: la reine quitte Balmoral

Le cercueil de la reine quitte Balmoral pour Edimbourg. Sur le trajet, des milliers de personnes se recueuillent en silence pour un dernier hommage à la souveraine, que beaucoup ont connu toute leur vie.

• Lundi 12 septembre: l'adieu aux Écossais

Le roi s'adresse pour la première fois au Parlement et dit "ressentir le poids de l'Histoire". Ce même lundi, une procession emmène le cercueil de la reine d'Holyroodhouse à la cathédrale Saint-Gilles. Derrière le corbillard encadré de militaires en kilt marchent de front Charles III et ses frères et sa sœur, Anne, Edward et Andrew.

• Mardi 13 septembre: la reine quitte l'Ecosse

Charles III se rend à Belfast pour sa première visite en tant que monarque britannique en Irlande du Nord, étape délicate de sa tournée. Le pays connaît en effet un regain de tensions communautaires depuis le Brexit. C'est en Irlande que Charles III, confronté à un stylo qui fuit, s'en agace vivement.

Ce même jour, le cercueil quitte Edimbourg et l'Ecosse, que la reine a tant aimée, pour gagner Londres. Escortée par la princesse Anne, la dépouille de la monarque embarque à bord d'un avion de la Royal Air Force, porté par des militaires en tenue d'apparat.

"J'ai eu la chance de partager les dernières 24 heures de vie de ma très chère Mère. Ça a été un honneur et un privilège de l'accompagner lors de son dernier voyage", déclare Anne.

• Mercredi 14 septembre: une émouvante procession à Londres

Lors d'une procession solennelle au déroulé millimétré, le cercueil en chêne quitte le palais de Buckingham à 14h22, suivi à pied, au rythme de 75 pas par minute, par ses quatre enfants, le roi Charles, la princesse Anne et leurs frères Andrew et Edward. Suivent, côte à côte, les princes William et Harry.

Une "épreuve" pour le prince William à qui cette procession rappelle "des souvenirs", comme il le confiera le lendemain, évoquant les funérailles de sa mère, la princesse Diana, en septembre 1997. Le cercueil est placé à Westminster Hall, afin que le public viennent se recueillir.

• Jeudi 15 septembre: les Britanniques viennent dire adieu à leur reine

Commencent alors pour de nombreux Britanniques, des heures d'attente, pour accéder à la plus vieille salle du Parlement où gît la souveraine dans un cercueil de chêne, sur un imposant catafalque surmonté de l'étincelante couronne impériale. Une file se forme, dépassant les 7 kilomètres et représentant huit heures d'attente.

Larmes, révérence, baiser envoyé furtivement, chacun y va de son hommage, pendant le court instant passé devant le cercueil. Un garde fait un malaise et s'effondre.

• Vendredi 16 septembre: la "veillée des princes"

Alors que les adieux des Britanniques se poursuivent, les quatre enfants de la reine, Charles, Anne, Andrew et Edward veillent pendant une dizaine de minutes, dans la soirée, le cercueil de leur mère.

Le footballeur David Beckham, qui s'est glissé dans la file d'attente au milieu des anonymes patiente 12 heures pour rendre, lui aussi, hommage à la reine. " Elle nous a toujours rassurés. On s'est toujours sentis en sécurité grâce à elle", glisse-t-il en sortant.

• Samedi 17 septembre: la veillée des petits-enfants de la reine

Alors que les hommages entament leur dernière ligne droite, et qu'il faut désormais faire 24 heures de queue pour approcher le cercueil de la reine, les huit petits-enfants de la reine veillent à leur tour son cercueil.

William et Harry, autorisé à porter son uniforme militaire, se recueillent autour du cercueil, aux côtés d'Eugenie et Beatrice, les filles d'Andrew, de Peter et Zara, les enfants d'Anne et de Louise et James, les enfants d'Edward,

• Dimanche 18 septembre: l'arrivée des dignitaires

Du monde entier, les dignitaires et têtes couronnées, invités aux funérailles de la reine, le 19 septembre, commencent à affluer à Londres. Arrivé la veille au soir, le président américain Joe Biden se recueille devant la dépouille de la reine. Emmanuel Macron est également attendu à Londres ce dimanche.

C'est aussi, pour les Britanniques, le dernier jour pour voir la reine. En fin de matinée, en raison du temps d'attente qui est encore de 13 heures, le public est invité ne pas rejoindre la file d'attente "pour éviter toute déception". Les portes de Westminster Hall se fermeront définitivement à 6h30 lundi matin (7h30 en France).

À 20 heures, le Royaume-Uni doit s'immobiliser pour un "moment de réflexion" en la mémoire de sa souveraine. Un hommage pour "pleurer et réfléchir sur la vie et l'héritage de la reine Elizabeth II", selon Downing Street.

Article original publié sur BFMTV.com