Publicité

Mort d'Alessandra Bianchi à 59 ans : à quoi ressemblait la nouvelle vie de la regrettée journaliste avant son décès ?

Mercredi 15 novembre, le décès d'Alessandra Bianchi, bien connue des amoureux de football, a été annoncé. Régulièrement présente à la télévision française, la belle Italienne a changé de vie ces dernières années, comme nous l'apprend "L'Équipe".

C'est une nouvelle qui a bouleversé le petit monde du journalisme sportif. Dans la nuit de mardi à mercredi, Alessandra Bianchi est morte à l'âge de 59 ans. Un décès prématuré qui a bouleversé le monde du football, à commencer par Darren Tulett, qui l'a connue personnellement. "Lorsque j'ai appris sa mort tard hier soir, ç'a été un choc. On pense tout de suite à sa voix rocailleuse mais aussi à sa personnalité 'rock'... C'était un rayon de soleil, Alessandra", raconte le journaliste anglais, qui l'a côtoyée sur le plateau de L'Équipe du dimanche dans les années 2000. "C'était une voix qui a marqué une génération de footeux , c'était une passion (l'as Roma ) une connaissance aiguë du foot italien , c'était surtout pour moi une belle rencontre que j'avais eu le bonheur d'accompagner sur le plateau de l'EDD pendant plusieurs saisons . RIP Alessandra" a de son côté réagi Hervé Mathoux, également ancien de l'Equipe du dimanche aujourd'hui aux commandes du Canal Football Club sur Canal +.

C'est dans l'émission de Canal+, consacrée au football et aux championnats européens, qu'Alessandra Bianchi s'est fait connaître du grand public. La belle brune y a imposé son style et sa voix si particulière avant de connaître d'autres expériences, notamment sur L'Équipe TV (devenue la chaîne l'Équipe). "Alessandra était chaleureuse, exubérante mais pas tordue pour un sou, très humble. Je l'appelais ma louve romaine...", se remémore le...

Lire la suite


À lire aussi

Alessandra Bianchi (L'équipe du dimanche) est morte à 59 ans : son décès prématuré bouleverse le monde du football
Pierre Palmade : À quoi ressemble sa nouvelle vie discrète à Bordeaux ?
Meurtre de James Bulger à 2 ans : son tueur, 10 ans à l'époque, prêt à sortir de prison ? "C'est un bombe à retardement"