Le monde au début du règne d’Élisabeth II : Staline, Edgar Faure et “Chantons sous la pluie”

INTERNATIONAL NEWS PHOTOS (INP) / AFP

Le journaliste britannique Peter Oborne plonge soixante-dix ans en arrière en ouverture de son article consacré au décès de la monarque britannique publié par Middle East Eye. “Quand Élisabeth II est devenue reine à l’âge de 25 ans le 6 février 1952, Winston Churchill était Premier ministre, Staline était à la tête de la Russie et Farouk était roi d’Égypte. Au Royaume-Uni, il n’y avait pas d’autoroutes et pas d’Internet, et la radio était plus répandue que la télévision.”

“En 1952, la population mondiale était d’environ 2,6 milliards de personnes”, contre près de 8 milliards en 2022, se souvient aussi Business Insider. Aux États-Unis, “Harry Truman était président, un café coûtait environ 30 cents, et l’espérance de vie moyenne était de 71 ans pour les femmes et de 65 ans pour les hommes”, contre 82 et 78 ans aujourd’hui. En 1952, “la poliomyélite faisait des ravages aux États-Unis, avec 58 000 nouveaux cas”, et les pilules contraceptives n’étaient pas autorisées, rappelle le site américain.

En France, en février 1952, l’éphémère premier gouvernement d’Edgar Faure est au pouvoir, sous la présidence de Vincent Auriol.

À Londres, grand smog et rationnement

Dans un article paru en 2012 pour le jubilé de diamant d’Élisabeth II (soixante années de règne), c’est un voyage dans la capitale britannique telle qu’elle était en 1952 que proposait CNN.

“Si vous souhaitez téléphoner, il vous faudra trouver une cabine téléphonique rouge, à condition d’être prêt à affronter les nombreux épisodes de smog qui affectent Londres à l’époque, décrit le média américain. […] En décembre 1952, 4 000 personnes sont mortes étouffées par la pollution urbaine de la capitale, et des milliers d’autres sont tombés malades.”

Sept ans seulement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, “le rationnement de certains produits alimentaires était encore en vigueur en 1952 : celui du thé a pris fin en octobre et celui des bonbons et du sucre seulement en 1953, retrace aussi CNN. […] Les plus gros postes de dépense des ménages après le loyer étaient les cigarettes : 6 % du budget des familles partait en volutes de fumée.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :