Publicité

"Mon implant contraceptif est coincé dans mon poumon depuis 6 ans, mais le retirer pourrait déchirer mon artère"

L’implant contraceptif d’une jeune mère de famille a migré et se retrouve désormais coincé dans ses poumons. Un phénomène aux lourdes conséquences.

Depuis la pose de son implant contraceptif, la vie de Rebecca Hardy est devenue un véritable cauchemar. Ce petit bâtonnet, inséré sous sa peau, est resté coincé dans ses poumons, une terrible histoire relatée par le Sun.

C’est lors d’un rendez-vous chez le gynécologue qu’elle a commencé à prendre peur. La jeune femme de 29 ans s’y était rendue en mars 2021 pour retirer son implant contraceptif, après l'avoir gardé pendant la durée maximale. Mais alors qu’elle pensait qu’il s’agirait d’un examen de routine, elle a été horrifiée lorsque son médecin n’a pas pu le localiser. S’en est suivi de longues semaines d’attente. "Non seulement j'ai paniqué, mais j'ai dû attendre des semaines pour le scanner et les radiographies, et encore plus longtemps pour les résultats”.

Entre-temps, la jeune femme s’est refait le film 100 fois dans sa tête. "Je n'ai jamais pu le sentir dans mon bras gauche", s’est remémorée la jeune mère de famille tout en expliquant s’en être inquiétée à plusieurs reprises. Seulement voilà : les professionnels de santé l’ont toujours rassurée en lui expliquant qu’il s’agissait d’un “implant profond”.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Les écarts au cours d’une grossesse peuvent être dramatiques. Attention, les médicaments à base de plantes sont tout aussi toxiques que les autres"

“Une procédure très dangereuse”

Un an plus tard, elle a finalement compris que son implant était situé dans l’une de ses artères pulmonaires, des vaisseaux sanguins qui transportent le sang oxygéné du cœur vers les poumons. C’est à ce moment que les médecins l’ont mis en garde contre les dangers potentiels causés par une tentative de retrait. "On m’a dit que c’était une procédure très dangereuse car il n’y avait pas 100% de chance que cela se passe correctement, ni même qu’il soit possible de le retirer. De plus, cela pourrait aggraver ma situation et déchirer mon artère.”

À LIRE AUSSI >> "Les médecins étaient choqués" : son implant contraceptif migre et se retrouve logé dans son cœur

Face à cette situation, elle a donc décidé de ne rien faire et de laisser les choses telles qu’elles étaient. Elle s’est également dite rassurée lorsque les médecins ont évoqué son désir de maternité "En ce qui concerne la grossesse, on m’a dit que je serai toujours capable de concevoir, mais qu’il faudra peut-être environ huit ans pour que les hormones disparaissent complètement”. Toutefois, comme elle l’a expliqué, son moral n’est pas toujours au beau fixe. "Je suis émotionnellement brisée en pensant qu'il me faudra beaucoup de temps pour retomber enceinte, mais j'essaie juste de penser positivement”, a-t-elle conclu.