Midterms : Des incidents techniques localisés lors du vote, notamment en Arizona

PHOENIX, ARIZONA, NOVEMBER 08: Bill Gates, Chairman of the Maricopa Board of Supervisors, speaks about voting machine malfunctions at the Maricopa County Tabulation and Election Center on November 08, 2022 in Phoenix, Arizona. He said that about 20 percent of polling stations in the county have had tabulation machine malfunctions, where some ballots cannot be read. These ballots, he said, are being set aside for tabulation at the central election center in the evening after the polls close. After months of candidates campaigning, Americans are voting in the midterm elections to decide close races across the nation.   John Moore/Getty Images/AFP (Photo by JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)
JOHN MOORE / Getty Images via AFP PHOENIX, ARIZONA, NOVEMBER 08: Bill Gates, Chairman of the Maricopa Board of Supervisors, speaks about voting machine malfunctions at the Maricopa County Tabulation and Election Center on November 08, 2022 in Phoenix, Arizona. He said that about 20 percent of polling stations in the county have had tabulation machine malfunctions, where some ballots cannot be read. These ballots, he said, are being set aside for tabulation at the central election center in the evening after the polls close. After months of candidates campaigning, Americans are voting in the midterm elections to decide close races across the nation. John Moore/Getty Images/AFP (Photo by JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

ÉTATS-UNIS - Des conservateurs américains, Donald Trump en tête, dénonçaient ce mardi 8 novembre des incidents techniques localisés dans des bureaux de vote pour les élections de mi-mandat, l’ancien président américain allant jusqu’à appeler ses partisans à « contester ».

« Le vote par procuration à Detroit, ça ne va pas du tout. Les gens se présentent pour voter et s’entendent répondre : ’désolé, vous avez déjà voté’ », a affirmé Donald Trump sur son réseau Truth Social.

« Cela se produit en grand nombre, et ailleurs. Contestez, contestez, contestez ! », a martelé le milliardaire américain, qui n’a jamais reconnu sa défaite à la présidentielle de 2020.

L’organisation indépendante Vote.org, a confirmé dans un communiqué l’existence de « problèmes techniques des machines à voter dans certains États ».

« Cela peut arriver et les employés des bureaux de vote ainsi que les responsables des États font tout pour régler ces problèmes et s’assurer que les électeurs ont d’autres options pour déposer leur bulletin de vote aujourd’hui », a ajouté cette organisation qui défend l’accès au vote.

Dans l’Arizona, le scrutin a été perturbé par des problèmes techniques affectant certaines machines dans le comté de Maricopa, le plus peuplé de l’État, qui comprend Phoenix, la capitale de l’État du Grand Canyon et ses environs.

Des problèmes avec des machines en Arizona

Dans ce comté, « environ 20 % » des 223 bureaux de vote rencontrent « un problème » avec les machines chargées de lire les bulletins, a expliqué sur Twitter Bill Gates, le directeur de l’organe qui dirige cette région.

C’est autour de ce comté de 4,5 millions d’habitants que s’est concentrée une grande partie des accusations - rejetées - de fraude électorale en 2020 dans cet État où Joe Biden était passé devant Donald Trump.

« Nous essayons de régler ce problème aussi rapidement que possible », a expliqué Bill Gates, tout en assurant que cela n’empêchait pas les électeurs de voter.

En cas de problème, une « solution alternative » est prévue, a-t-il insisté. Les électeurs peuvent déposer leurs bulletins dans une « boîte sécurisée », qui sera ensuite ouverte « plus tard dans la soirée » pour comptabiliser les votes avec des machines en bon état de marche. Ils peuvent aussi se rendre dans un autre bureau de vote.

Dès l’ouverture des opérations à 6h du matin, l’un des bureaux de vote installé dans une bibliothèque du centre-ville a rencontré des problèmes avec ses machines, ont constaté des journalistes de l’AFP. Seuls les électeurs ayant déjà préparé leur bulletin scellé dans une enveloppe pouvaient le déposer, les autres étaient priés de se rendre dans un autre bureau à 500 mètres de là.

De quoi renforcer la défiance de certains Arizoniens, dans cet État du sud-ouest où la victoire de Joe Biden sur Donald Trump en 2020, avec à peine 10 000 voix d’avance, continue d’être contestée par les candidats républicains, malgré plusieurs audits et recomptages ayant démontré la validité des résultats.

Thèse complotiste

« Cette machine aurait dû être testée il y a longtemps, la semaine dernière », a déclaré à l’AFP Donald Newton, un électeur républicain mécontent qui a réussi à voter dans le bureau voisin, et croit dur comme fer que l’élection de 2020 « a été volée ».

Comme de nombreuses personnes rencontrées par l’AFP ces deux dernières semaines, cet octogénaire souscrit à une thèse complotiste alimentée par un documentaire d’extrême droite, selon laquelle les urnes ont été bourrées en 2020.

« C’est en train de recommencer », s’est exclamé un autre électeur, prié de se rendre dans un autre bureau de vote et qui n’a pas voulu donner son nom.

Sur Twitter, la présidente du parti républicain de l’Arizona, Kelli Ward, a souligné que « cela ne se produit pas que dans l’Arizona ».

Avant le scrutin des guetteurs, parfois armés, ont surveillé les urnes métalliques similaires à des boîtes aux lettres, où les électeurs pouvaient déposer leurs bulletins en avance en Arizona.

« D’abord l’Arizona, maintenant le New Jersey », a renchéri dans un tweet Marjorie Taylor Greene, élue républicaine de Géorgie connue pour ses outrances.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi