Publicité

Meurtre de Caroline Marcel: son ex-mari "satisfait" que la police ait "mis un nom" sur un coupable présumé

Une avancée importante. Patrice A., l'ancien mari de Caroline Marcel, retrouvée morte en 2008 dans le Loiret, a salué ce dimanche 21 janvier sur BFMTV l'identification du coupable potentiel du meurtre de son ex-femme, après la mise en examen d'un homme de 34 ans samedi.

"Ce n'est pas vraiment un soulagement, mais c'était nécessaire pour le cheminement de cette affaire", assure Patrice, au micro de BFMTV.

Caroline Marcel a été retrouvée morte à l'âge de 45 ans en 2008, alors qu'elle était partie la veille faire un jogging. Son corps était en partie immergé dans le Loiret au moment de sa découverte. Pendant 15 ans, aucune mise en examen n'avait eu lieu, avant celle rapportée samedi.

"Une douleur immense"

Patrice A. se souvient avec émotion de l'annonce de la mort de son épouse en 2008. "Ça a été un drame qu'on n'attendait pas. La douleur derrière a été immense", confie-t-il.

Il assure que pendant ces 15 années d'attente, lui et ses proches n'ont jamais voulu perdre espoir de retrouver le coupable.

"On ne peut pas se résigner. Nous avions fait des émissions télé pour relancer d'éventuels témoignages", raconte-t-il, faisant notamment référence à l'émission Appel à témoins qui s'est intéressée à la mort de Caroline Marcel en 2022.

"Nous pensions que peut-être un jour quelqu'un parlerait", soutient-il, reconnaissant qu'il ne s'attendait pas à ce qu'un suspect soit finalement identifié grâce à l'analyse des scellés. "Heureusement, l'avancée de la technologie a permis de retrouver cette trace infime sur les clés et qui permet aujourd'hui de confondre quelqu'un", salue-t-il.

"Ça vous replonge dans le souvenir"

Lorsque, cette semaine, la police informe Patrice A. qu'un homme de 34 ans a été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la mort de son épouse disparue, il reconnaît que ça a été malgré tout une énorme surprise.

"C'est clairement l'ascenseur émotionnel", confie-t-il.

"Dans un premier temps, vous avez l'impression que c'est la fin de toute une période", dit-il, se disant heureux "qu'on puisse mettre un nom (sur l'auteur de ce drame) et passer à autre chose, donc le procès".

Pour autant, il souligne aussi que cette annonce "remue des souvenirs qui sont douloureux". "Ça vous replonge dans le souvenir, dans tout ce qu'il y a d'atroce dans cette affaire", lâche-t-il d'une voix émue.

"Ça n'enlèvera pas toute cette douleur et peine que nous avons", assure-t-il.

Un procès à venir

Patrice A. attend désormais l'organisation d'un procès, dont la date n'a pas encore été fixée. Il assure qu'il "va s'y préparer" afin de "tout anticiper, les moments difficiles et le verdict, qu'il soit positif ou négatif.

L'homme actuellement mis en examen est un individu sans emploi de 34 ans résidant à Pamiers, en Ariège. Il était âgé de 18 ans au moment de la mort de Caroline Marcel et était en stage chez un paysagiste près d'Orléans. Présumé innocent, il nie les faits reprochés.

Article original publié sur BFMTV.com