Publicité

Lorient-Le Havre: à peine revenu de la CAN, Ayew s’offre un doublé, dont une reprise acrobatique à la dernière minute

Un retour tonitruant. A peine revenu de la Coupe d’Afrique des nations 2024 en Côte d’Ivoire, lors de laquelle il s’est fait sortir au premier tour avec le Ghana, André Ayew a été l’un des grands artisans du nul spectaculaire entre Lorient et Le Havre, ce dimanche, lors de la dix-neuvième journée de Ligue 1 (3-3). Lancé à vingt minutes de la fin à la place de Daler Kouzyaïev, le milieu de terrain de 34 ans s’est offert un superbe doublé sur la pelouse du Moustoir.

L’aîné des frères Ayew a égalisé une première fois d’une tête puissante à la 85e. Avant de réussir un geste somptueux pour permettre au HAC de revenir à nouveau au score dans les dernières secondes du temps additionnel (90e+4). Alors que Mohamed Bamba pensait avoir offert la victoire aux Merlus deux minutes plus tôt (90e+2), l’ex-joueur de l’OM (qui avait été prêté à Lorient lors de la saison 2008-2009) a remis les deux équipes à égalité en marquant d’une reprise acrobatique dans la surface. Fou de joie, André Ayew, suivi par tous ses coéquipiers, est allé célébrer son top but devant le parcage des supporters havrais. De quoi impressionner Luka Elsner, qui a salué sa performance en conférence de presse.

"Un mental d’acier" et "une sacrée expérience"

"Il a dormi très peu. Il a voyagé quarante-huit heures avant la rencontre, après une désillusion à la CAN, a précisé le coach du Havre. On a recruté André pour avoir ce genre de moments. Il a une sacrée expérience. C’est un joueur capable de mettre des buts comme celui-ci. Il est capable, par un mental d’acier, d’emmener le groupe (…) Quand on a discuté avec lui avant qu’il signe, on sentait cette passion, cette joie de jouer au foot, l’envie de vivre des moments comme celui-ci. Ce n’est pas un hasard si ça s’est passé comme ça. C’est qu’il y croit, il a envie d’aider. Il sait que le groupe est jeune et parfois manque de confiance ou de compréhension de ce que va être le match. Même à l’entraînement, il arrive à nous mettre des buts sortis de nulle part."

S’il n’a pas encore été titularisé depuis sa signature en Normandie mi-novembre (alors qu’il était sans club depuis la fin de son aventure à Nottingham Forrest la saison passée), André Ayew, qui n’a disputé que 51 minutes (il avait été exclu lors de ses grands débuts à Nantes), est déjà un élément important du HAC. "Il n’a pas attendu de marquer des buts pour avoir une influence dans le vestiaire, confirme Elsner. Il sait comment parler aux joueurs, aux jeunes et au moins jeunes. Il nous transmet toujours de l’énergie. Il tire toujours dans la bonne direction, ça c’est génial".

Article original publié sur RMC Sport